Cancer de la prostate

Par , le mardi 10 mai 2011. Mise à jour dimanche 22 novembre 2015
Classé dans: >

prostate

La plupart des cas de cancer de la prostate se développent chez des hommes âgés plus de 50 ans.

Dans de nombreux cas, le cancer de la prostate est un cancer à croissance lente. Après l’âge de 65 ans il est fréquent de voir des zones de cancer dans la prostate qui restent localisées et ne nécessite pas un traitement particulier, Dans d’autres cas, il devient plus agressif et se propage à d’autres parties du corps, dans ce cas le traitement devient nécessaire et la surveillance se fait par dosage d’une marqueur tumorale appelé PSA.

Qu’est-ce que la prostate?

La prostate est une glande qui se trouve que chez les hommes. Elle est située juste en dessous de la vessie. Elle a la forme et la taille d’une châtaigne. L’urètre (le tube qui mène l’urine de la vessie) passe au milieu de la prostate.

La fonction principale de la prostate est de produire un liquide qui protège et enrichit le sperme.
Structure du pelvis pour expliquer le cancer de la prostate
La prostate augmente de taille progressivement après l’âge de 50 ans.

À l’âge de 70 ans, environ 8 hommes sur 10 ont une prostate de taille anormale (hypertrophie). Il est fréquent chez les hommes âgés d’avoir des symptômes urinaires causées par une hypertrophie bénigne de la prostate. Certains hommes développent un cancer de la prostate.

Qu’est-ce qu’un cancer?

Le cancer est une maladie causée par des cellules anormales. Ces cellules sont appelées cellules cancéreuses. Les cellules cancéreuses se multiplient de manière incontrôlée en envahissant et détruisant les tissus voisins.

En se multipliant, les cellules cancéreuses forment une tumeur maligne.

Les cellules cancéreuses peuvent se déplacer, dans le sang ou la lymphe, à d’autre partie du corps (os, poumon, foie, cerveau) pour former des tumeurs secondaires (métastases).

Qu’est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est un cancer qui se développe à partir des cellules glandulaires de la glande prostatique. C’est le type de cancer le plus fréquent chez les hommes en France, et la deuxième cause de décès par cancer (après le cancer du poumon).

Il est de type « adénocarcinome », puisque il se développe a partir des cellules glandulaires de la prostate.

Chaque année, environ 40.000 hommes sont diagnostiqués avec le cancer de la prostate en France. La plupart des cas se développent chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Il affecte environ 1 homme sur 12 à un moment donné dans leur vie.

Le cancer de la prostate est différent des autres types de cancers; en faite, des petites zones de cancer dans la prostate sont fréquentes chez les hommes âgés plus de 65 ans. Ces derniers peuvent ne pas augmenter de taille ni causer des problèmes pendant de nombreuses années.

Quelles sont les causes du cancer de la prostate?

Une tumeur cancéreuse commence à partir d’une cellule anormale. La raison exacte pour laquelle une cellule devient cancéreuse n’est pas claire. On pense qu’il y a des facteurs qui endommagent ou modifient les gènes de la cellule.

Bien que les causes exacte ne sont pas claires, certains facteurs augmentent le risque de développer un cancer de la prostate. Il s’agit notamment de:

  • Le vieillissement. La plupart des cas surviennent chez les hommes âgés.
  • Les antécédents familiaux et les facteurs génétiques. Si le père ou un frère avait le cancer de la prostate à un âge relativement précoce (avant 60 ans) alors il y a un risque accru de faire un cancer de la prostate.
  • Ethnie. Le cancer de la prostate est plus fréquent chez les hommes afro-caribéens et moins fréquent chez les hommes asiatiques.
  • Le régime alimentaire est probablement un facteur de risque. Comme pour d’autres cancers, une alimentation riche en graisses et pauvre en fruits et légumes peut augmenter le risque.
  • L’exposition au cadmium métallique peut être un risque (tabagisme, recyclage des batteries…etc.).

Quels sont les symptômes du cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate à souvent une croissance lente. Il peut y avoir aucun symptôme au début, même durant des années.

Comme la tumeur se développe, elle peut appuyer sur l’urètre et l’irriter, provoquant un blocage partiel de l’écoulement de l’urine. Les symptômes peuvent alors développer et peuvent inclure une ou plusieurs des éléments suivants:

  • Oligurie. C’est la diminution de l’écoulement de l’urine, le malade passe plus de temps pour vider sa vessie.
  • Pollakiurie. Le malade sera obligé d’attendre, à la toilette, pendant un certain temps avant que l’urine commence à couler.
  • Incontinence. l’urine peut sort involontairement peu de temps après une miction normale.
  • Augmentation de la fréquence des sensation de miction, surtout la nuit.
  • Sensation de ne pas avoir vider complètement la vessie.

Note: tous les symptômes ci-dessus sont communes chez les sujets âgés. La plupart des hommes qui développent ces symptômes  n’ont pas obligatoirement un cancer de la prostate, mais une hypertrophie bénigne de la prostate.

D’autres symptômes tels que douleurs à la base de la verge ou écoulement du sang (hématurie), peuvent survenir.

Si le cancer se propage à d’autres parties du corps, d’autres symptômes peuvent se développer. Le site le plus commun pour la propagation (métastase) du cancer de la prostate est l’os, en particulier les os du bassin, colonne lombaire et les hanches. Cela se traduit par des douleurs osseuses.

Comment le cancer de la prostate est-il diagnostiqué?

1. Évaluation initiale :

Si le médecin soupçonne un cancer de la prostate, il va:

  • Examiner la prostate. Cela se fait en insérant un doigt ganté dans le rectum afin de palper la prostate. Une glande augmentée de taille, en particulier si elle n’est pas lisse a la palpation, peut indiquer un cancer de la prostate. Toutefois, une prostate normale a la palpation n’exclut pas le cancer de la prostate.
  • Analyse de sang. Pour mesurer le niveau de « l’antigène prostatique spécifique » (PSA). En général, plus le niveau de PSA est élevé, plus est probable l’existence du cancer de la prostate. Toutefois, une élévation légère à modérée de PSA peut se produire dans des conditions autres que le cancer de la prostate. (le dosage sanguin du PSA est également utilisé pour surveiller le traitement. Si le traitement est efficace et les cellules cancéreuses sont tués, le niveau de PSA tombe.)
  • Analyse urinaire du PCA3. Il s’agit d’un test urinaire qui fournit un moyen plus efficace que le PSA, pour détecter le cancer de la prostate. Un certain niveau de PCA3 dans les urines est un signe de forte suspicion de présence du cancer de la prostate. Toutefois, il n’est pas encore disponible dans toutes les cliniques en France.

2. Biopsie : pour confirmer le diagnostic de cancer de la prostate.

Une biopsie est un petit échantillon de tissu prélevé à partir d’une partie du corps. L’échantillon est examiné au microscope pour rechercher des cellules anormales. Une biopsie peut généralement confirmer la présence de cancer de la prostate. Elle n’est pas toujours nécessaire pour confirmer le diagnostic de cancer de la prostate.

Une biopsie de la prostate est effectuée à l’aide d’une aiguille fine. Cela se fait habituellement à l’aide d’une échographie spéciale.

La sonde de l’échographie est de la taille d’un doigt. Elle est passée par l’anus dans le rectum et placée derrière la prostate. Le médecin pousse alors une aiguille fine dans le dos de la prostate à l’intérieur du rectum pour obtenir une biopsie. Plusieurs échantillons sont généralement prélevés dans différentes parties de la prostate.

Une biopsie de la prostate peut être inconfortable. Par conséquent, une anesthésie locale est utilisée pour réduire la douleur.

3. Évaluation de la gravité et la propagation du cancer de la prostate :

La gravité de la maladie est principalement basée sur trois facteurs : Le grade des cellules cancéreuses, le stade du cancer, et le taux sanguin de PSA.

1- Grade du cancer

Les échantillons de biopsie sont examinés au microscope pour évaluer les cellules cancéreuses.

En regardant certaines fonctions, les cellules cancéreuses peuvent être graduées. Le système utilisé est appelé score de Gleason.

Un score de Gleason compris entre 2 et 6 est un cancer de la prostate de bas grade. Il est susceptible de croître très lentement.

Un score de Gleason de 7 est un grade intermédiaire qui va croître à un rythme modéré.

Un score de Gleason de 8 à 10 est un cancer de haute grade qui est susceptible de croître plus rapidement.

2- Stadification ou « staging »

Si le diagnostic du cancer de la prostate est confirmé, d’autres tests peuvent être demandés pour évaluer l’étendue du cancer. Ces tests ne sont pas conseillées dans tous les cas. Ils dépend de nombreux facteurs comme l’âge et le grade des cellules tumorales.

Les tests qui peuvent être réalisés sont : une scintigraphie osseuse, un scanner, une IRM, une échographie abdominale…etc.

Cette évaluation s’appelle la stadification du cancer ou « staging ». L’objectif est de savoir:

  • la taille de la tumeur, et si elle s’est développée à travers la paroi de la prostate et dans les structures de proximité comme la paroi de la vessie.
  • Si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques locaux.
  • Si le cancer s’est propagé (métastasé) à d’autres régions du corps (os, foie…).

Quelles sont les options de traitement pour le cancer de la prostate?

Le traitement du cancer de la prostate est compliqué. Il varie énormément entre les différents cas. En outre, beaucoup d’hommes peuvent choisir d’avoir des traitements différents par rapport aux autres avec le même type de cancer de la prostate.

Les options de traitement qui peuvent être considérés incluent: la chirurgie, la radiothérapie, le traitement hormonal et, moins fréquemment, la chimiothérapie.

Souvent, une combinaison de deux ou plusieurs de ces traitements est utilisé.

Les traitements utilisés dépendent de:

  • Le cancer – sa taille et son stade, le grade des cellules cancéreuses, le taux de PSA.
  • Le malade lui même – son âge, son état de santé général et les préférences personnelles pour le traitement.

Par exemple, certains types de tumeurs sont confinés à la prostate, ont une croissance lente et sont peu susceptibles d’affecter l’espérance de vie. D’autres types sont plus agressifs, plus susceptibles de se propager et peuvent causer une maladie grave et entraîner la mort s’ils ne sont pas traités.

Les risques et les effets secondaires possibles du traitement sont une autre considération.

Les options de traitement sont généralement différentes pour le cancer de la prostate précoce qui est confinée à la prostate, le cancer de la prostate avancé locales, et le cancer de la prostate de diagnostic retard ou un stade avancés.

Une discussion approfondie avec un spécialiste qui connaît bien le cas du malade sera nécessaire.

Il (le médecin) sera en mesure de donner les avantages et les inconvénients, le taux de succès probable, les effets secondaires possibles, et d’autres détails sur les différentes options de traitement possible pour chaque type de cancer.

Ce qui suit est un aperçu des options de traitement à considérer, après discussion avec le médecin.

Les options de traitement pour le cancer de la prostate précoce :

1. La surveillance continue :

Beaucoup de cancers de la prostate sont diagnostiqués à un stade précoce par dosage du PSA.

Le cancer de la prostate est souvent d’évolution très lente et pour beaucoup d’hommes, la maladie peut ne jamais progresser et ne provoquera aucun symptôme.

En d’autres termes, beaucoup d’hommes atteints de cancer de la prostate n’auront jamais besoin d’aucun traitement.

La surveillance active a pour objectif de trouver les cancers qui sont susceptibles à croître et de provoquer des symptômes, s’ils ne sont pas traités.

Ces cancers peuvent alors être traitées à un stade précoce.

La surveillance se résume à des contrôles réguliers avec des dosage du PSA, toucher rectal et peut-être des biopsies répétées de la prostate.

2. Chirurgie :

Ablation de la prostate (prostatectomie totale) peut être curative si le cancer est à un stade précoce (confinée à la prostate sans métastase).

Il s’agit d’une opération de grande envergure et tend ainsi à être offert le plus souvent pour les hommes dont la santé générale est bonne.

Les effets secondaires tels que l’impuissance et/ou incontinence d’urine sont communs après une prostatectomie.

3. Radiothérapie :

La radiothérapie est un traitement qui utilise des faisceaux de rayonnement à haute énergie, qui sont axés sur le tissu cancéreux pour tuer les cellules cancéreuses ou arrêter leur multiplication.

Deux types de radiothérapie sont utilisés pour le cancer de la prostate ; externes et internes. Encore une fois, le type choisi dépend de divers facteurs comme la taille, le grade et le stade du cancer.

La radiothérapie est souvent plus approprié pour les hommes qui ne sont pas suffisamment en bonne état générale ou qui ont choisi de ne pas subir une intervention chirurgicale.

  • La radiothérapie externe. Le rayonnement est ciblé sur le cancer de la prostate à partir d’une machine. (Il s’agit du type commun de radiothérapie utilisée pour de nombreux types de cancer.)
  • La radiothérapie interne (ou curiethérapie). Ce traitement consiste à insérer un petit implant radioactif dans la tumeur cancéreuse, ou à côté de la tumeur. Parfois les grains radioactifs sont placés dans la prostate. Les graines sont laissées en place de façon permanente, mais perdent leur radioactivité au cours du temps. Parfois, un plus grand implant radioactif est introduit dans la prostate pendant une courte période, puis enlevé.

Les options de traitement pour le cancer de la prostate localement avancé :

Lorsque le cancer s’est propagé dans la capsule de la prostate ou dans les tissus environnants à proximité de la prostate, il est alors appelé cancer de la prostate localement avancé.

Un traitement hormonal et la radiothérapie sont proposés.

La radiothérapie donnée est généralement similaire à celle donnée pour les hommes atteints de cancer de la prostate précoce. bien que la radiothérapie vise les structures environnantes, en plus de la prostate.

Certains hommes reçoivent un traitement hormonal.

Comme le choix du traitement dépend de nombreux facteurs, le médecin discutera avec son malade le traitement en détail.

1. Le traitement hormonal :

Les cellules cancéreuses prostatiques ont besoin de l’hormone mâle appelée testostérone pour croître et se multiplier.

La testostérone est faite dans les testicules et circule dans le sang.

Les traitements hormonaux ont pour but de neutraliser la testostérone ou bloquer sont effet sur les cellules cancéreuses de la prostate.

Les traitements hormonaux ne guérissent pas le cancer de la prostate, mais peut grandement ralentir la croissance du cancer pour un certain nombre d’années.

Les médicaments disponibles sont:

  • Médicaments qui agit sur l’hypophyse : la Goséréline, la Leuproréline, Ces médicaments sont administrés par injection.
  • Médicaments qui bloquent l’action de la testostérone (médicaments anti-androgènes): le Flutamide, l’Acétate de Cyprotérone ; Ces médicaments sont des comprimés.

Les traitements hormonaux peuvent provoquer des effets secondaires tels le dysfonction érectile (impuissance), bouffées de chaleur, la transpiration et d’autres problèmes.

Les options de traitement pour le cancer de la prostate avancés :

Le cancer de la prostate avancé c’est lorsque le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps.

1-Les traitements hormonaux sont généralement donné puisque les cellules cancéreuses dans d’autres parties du corps ont besoin de testostérone pour croître et se multiplier.

Un autre type de traitement hormonal qui peut être offert est l’ablation chirurgicale des testicules (orchidectomie). Sans testicules on ne fait pas de testostérone.

2-Chimiothérapie :

La chimiothérapie est un traitement du cancer à l’aide de médicaments anti-cancer, qui tuent les cellules cancéreuses, ou empêchent leur multiplication.

La chimiothérapie n’est pas toujours utilisée pour le traitement du cancer de la prostate. elle peut être utilisée pour les cancers des stades avancés.

3-Radiothérapie :

Même si le cancer est avancé et la guérison n’est pas possible, la radiothérapie peut avoir une place pour soulager les symptômes.

Par exemple, la radiothérapie peut être utilisée pour réduire les tumeurs secondaires qui sont propagées aux os causant de la douleur.

Nouveaux traitements du cancer de la prostate :

1-La cryothérapie (aussi connu comme la cryochirurgie) :

Est un traitement alternatif pour les hommes atteints du cancer de la prostate précoce. Il n’est pas encore disponible dans tous les hôpitaux en France.

Elle consiste à placer un certain nombre de sondes métalliques à travers la peau, dans la zone affectée de la glande de la prostate.

Les sondes contiennent de l’azote liquide, de température très basse, qui gèle et détruit les cellules cancéreuses.

2-Ultrasons Focalisés de Haute Intensité (HIFU) ce traitement peut être offert à certains hommes avec un cancer de la prostate précoce. C’est une procédure relativement nouvelle, et consiste à insérer une sonde dans le rectum.

La sonde produit un faisceau de haute énergie d’ultrasons qui chauffe alors et détruit le cancer. La sonde est entourée par un ballon refroidissant pour protéger le tissu prostatique normal des dommages.

Quel est le pronostic du cancer de la prostate?

Le pronostic du cancer de la prostate est très variable.

Certains cancers de la prostate ont une croissance lente et n’affectent pas l’espérance de vie. D’autre part, certains sont déjà propagé à d’autres parties du corps quand ils sont diagnostiqués.

La réponse au traitement est également variable.

Le traitement du cancer est un domaine en développement de la médecine moderne.

De nouveaux traitements continuent d’être développés et les informations sur le pronostic ci-dessus est très générale.

Le médecin qui connaît le cas du malade peut donner des informations plus précises.

Le dépistage du cancer de la prostate :

Le dépistage du cancer de la prostate est controversé.

Une analyse sanguine de routine qui montre un PSA élevé peut indiquer un cancer de la prostate.

Toutefois, il existe d’autres causes d’un taux de PSA élevé.

En outre, de nombreux cancers de la prostate ont une croissance lente et ne causent pas de problèmes, en particulier chez les hommes âgés.

Certains experts estiment que si tous les hommes sont testé, il peut y avoir que la beaucoup d’entre eux ont un taux de PSA élevé.

Beaucoup d’hommes peuvent alors être examinées et traitées inutilement avec tous les risques possibles et les effets secondaires de l’enquête et du traitement.

En d’autres termes, certaines experts croient que le dépistage de tous les hommes peuvent faire plus de mal que de bien.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Débats, discussions et commentaires : 3 commentaires.

  1. Merci pour les importantes informations.
    Ce qui est inquiète, c’est ce passage :
    « certaines experts croient que le dépistage de tous les hommes peuvent faire plus de mal que de bien ».

  2. Bonjour,
    J ai mon oncle qui a le cancer de la prostate depuis 5 ans , et il a fait 1 bilan son poumon sont tous noirs , il ne mange plus rien et il megrit, pouvait vous me dire ce que vous en pensez. Merci

  3. Bonjour,
    Mon père âgé de 76 ansa un cancer de prostate localisé en zone transitionnelle, biopsie faite retrouve 1 adenocarcinome sur 1 seule carotte sur 14 gleason 6(3+3),taux de PSA à 15
    Mon père était suivi pdt des années pour hypertrophie bénigne de la prostate avec une grosse prostate à l’échographie 150g
    Peut on à ce stade avoir des métastases osseuses merci

Laissez un commentaire