Cancer du rectum

Par , le Samedi 23 avril 2011.

Le cancer du rectum est un cancer qui touche souvent les sujet âgés de plus de 45 ans, il est plus fréquent dans les pays industrialisés.

Le traitement n’est efficace que si la découverte du cancer était précoce, donc le dépistage pour les sujet à risque est très important.

C’est quoi le rectum ?

Le rectum est la partie terminale du tube digestif qui relie le gros intestin (côlon) à l’anus. La principale fonction du rectum est de stocker les selles avant leur évacuation.

Comme le côlon, la paroi du rectum est faite de 03 couches: la Muqueuse, la Musculeuse, le Mésorectum (tissu adipeux qui entoure le rectum).

En plus de ces 03 couches, une autre composante importante du rectum qui sont les ganglions lymphatiques avoisinants (également appelés nœuds lymphatiques régionaux).

Les ganglions lymphatiques font partie du système immunitaire et aider à procéder à la surveillance des agents nocives (les virus, les bactéries, les cellules cancéreuses).

Qu’est-ce que le cancer du Rectum?

Dans le cancer du rectum, les cellules de sa paroi devient anormales, et se divisent de façon anarchique en envahissent les tissus voisins. La cellule malade est appelée « cellule cancéreuse ».

Une tumeur maligne du rectum est un amas de cellules cancéreuses qui se multiplient sans aucun contrôle. Ces cellules cancéreuses peuvent envahir les autres régions du corps (os, poumons, cerveau…etc.) constituant des métastases.

Est-ce que ce type de cancer est fréquent ?

Sur les 36.000 cas des cancers colorectaux qui sont diagnostiqués chaque année en France, plus de 11.000 personnes sont diagnostiquées avec le cancer du rectum. Ce cancer est fréquent dans les pays industrialisés, et touche souvent les personnes âgées plus de 45 ans.

Le type le plus commun de cancer du rectum est l’adénocarcinome, qui est un cancer qui se développe à partir des cellules de la muqueuse (couche interne).

Les cellules cancéreuses peuvent aussi se propager au niveau du rectum vers les ganglions lymphatiques dans leur chemin vers les autres parties du corps.

Comme le cancer du côlon, le pronostic et le traitement du cancers du rectum dépend de l’envahissement en  profondeur de la paroi rectale et les ganglions lymphatiques de voisinage.

Cependant, bien que le rectum est une partie du côlon, l’emplacement du rectum dans le bassin pose des difficultés dans le traitement en comparaison avec le cancer du côlon.

Cet article ne traite que l’adénocarcinome du rectum, le type le plus fréquent.

Quelles sont les causes du cancer du rectum ?

Le cancer du rectum se développe habituellement sur plusieurs années,

Premièrement il se forme se qu’on appelle lésion précancéreuse ; plus fréquemment un polype, certains polypes ont la capacité de se transformer en cancer et commencent à envahir la paroi du rectum.

Cependant, la cause réelle du cancer du rectum sont pas claire. Néaumoins les éléments suivantes sont des facteurs qui augmentent le risque de développement d’un cancer du rectum a savoir:

  • L’âge avancé.
  • Tabagisme.
  • Obésité.
  • Maladies inflammatoires préexistante du tube digestif. (maladie de Crohn, Colite ulcéreuse)
  • Les antécédents familiaux de cancer du côlon ou du rectum.
  • Régime alimentaire riche en graisses et/ou un régime essentiellement de source animale, et/ou pauvre en fibres et/ou en calcium.
  • Antécédents personnels ou familiaux de polypes.

Les antécédents familiaux sont un facteur déterminant dans le risque de cancer du rectum, surtout si des antécédents familiaux de cancer colorectal sont présents chez un parent au premier degré (un parent ou un frère).

Comment se manifeste le cancer du rectum?

Le cancer du rectum peut provoquer de nombreux symptômes qui amène une personne à consulter. Cependant, le cancer du rectum peuvent également être présentes sans symptômes, soulignant l’importance du dépistage.

Les symptômes retrouvés peuvent inclure:

  • Saignement :

– Voyant du sang mélangé avec des selles est un signe d’alarme qui nécessite de consulter immédiatement. Cependant, dans de nombreux cas le saignement est causé par les hémorroïdes ou une autre cause, mais un médecin doit toujours être informé en cas de saignement rectal.

– Un saignement prolongé, avec des quantités minimes (qui ne se voit pas dans les selles) peut conduire à  une anémie, causant la fatigue, l’essoufflement, ou des palpitation.

  • Arrêt du transit : (selles et gaz)

– Une tumeur rectale peut se développer empêchant le passage normal des selles. Cela peut conduire à la sensation d’une constipation ou des douleurs.

– Une personne atteinte de cancer rectal peut avoir une sensation d’évacuation incomplète.

  • Perte de poids:

Le cancer du rectum peut causer une perte de poids. Toute perte de poids inexpliquée (en l’absence d’un régime ou un programme d’exercice) exige une évaluation médicale

Comment se fait le dépistage du cancer du rectum?

Un dépistage approprié des cancer colorectaux, menant à la détection et la suppression des tumeurs précancéreuses est le seul moyen de prévenir cette maladie.

Les tests de dépistage du cancer du rectum sont les suivants:

1- Recherche de sang dans les selles (Hemocult®):

Ce test se fait plaçant une quantité de selles sur un papier spécial, Le médecin applique ensuite un produit chimique à ce document pour voir si le sang est présent dans l’échantillon de selles.

2- Recto-sigmoïdo-scopie: Au cours de l’endoscopie, un médecin insère un tube souple avec une caméra à son bout (appelé endoscope) par l’anus et dans le rectum puis le côlon.

Au cours de cette procédure, le médecin peut voir et enlever les anomalies sur la paroi interne du côlon et du rectum.

Comment le cancer du rectum est-il diagnostiqué?

Si le cancer du rectum est suspectée, la tumeur doit être détectée physiquement, soit par toucher rectal (TR) ou une endoscopie.

Un toucher rectal est effectué par le médecin avec son doigt, ganté et lubrifié, introduit par l’anus pour sentir l’existence de quelconque anomalie.

Cependant, Pas tous les cancers du rectum peuvent être ressentis de cette manière, ça dépend de la position de la tumeur.

Si une anomalie est détectée par le toucher rectal, d’autres examens sont réalisés pour une évaluation approfondie du cancer.

  • Recto-sigmoïdoscopie flexible: à l’aide d’un endoscope, qui permet au médecin de voir la totalité du rectum, y compris le revêtement de la paroi rectale.
  • Coloscopie : une coloscopie peut être effectuée pour voir s’il y a des tumeurs dans le côlon associés.
  • Échoendoscopie : Parce que la profondeur de la croissance du cancer dans la paroi du rectum est important dans la détermination de traitement, cet examen est réalisé avec une sonde à ultrasons sur l’extrémité d’un endoscope.

Ça permet au médecin de voir à quel point le cancer a envahi la paroi. Il permet aussi de mesurer la taille des ganglions lymphatiques dans le rectum, si le cancer s’est propagé à l’ ganglions lymphatiques.

Une fois l’anomalie est observée, une biopsie est éffectuée, et l’échantillon est envoyé pour être examiner sous microscope.

Autres examens :

– Une radiographie du thorax et un scanner de l’abdomen et le bassin sont les plus souvent effectués pour voir si le cancer s’est propagé plus loin que le rectum, dans les organes de voisinage.

– Des Analyses sanguines de routine sont effectués.

 

Staging du cancer du rectum

Après touts ces examen, un « staging » ou stadification du cancer est possible, on prenant en compte les 3 considérations suivantes:

  • La profondeur du cancer dans la paroi du rectum
  • L’atteinte des ganglions lymphatiques.
  • L’existence ou non de métastases.

Les stades du cancer du rectum sont les suivants:

  • Stade I: atteinte de la première et la deuxième couches de la paroi, sans atteinte des ganglions.
  • Stade II: La tumeur a envahi le mésorectum, mais sans atteinte des ganglions lymphatiques.
  • Stade III: quelque soit l’atteinte en profondeur, avec extension aux ganglions lymphatiques de voisinage.
  • Stade IV: l’existence de métastases (foie, poumons, os…etc.)

En outre, un test sanguin appelé dosage de l’ACE (Antigène Carcino Embryonnaire) est souvent fait, cet substance (ACE) est souvent produite par des cancers colorectaux et son dosage dans le sang peut être utile pour surveiller l’efficacité du traitement.

A quoi consiste le traitement du cancer du rectum ?

Chirurgie :

L’ablation chirurgicale d’une tumeur est la pierre angulaire d’un traitement curatif du cancer du rectum localisé (non métastatique).

En plus d’éliminer la tumeur rectale, suppression des ganglions lymphatiques et de la graisse dans la zone de la tumeur rectale sont également nécessaires pour minimiser le risque de laisser des cellules cancéreuses.

Cependant, parce que le rectum est dans le bassin et se trouve à proximité du sphincter anal (muscle qui contrôle la capacité de tenir les selles dans le rectum).

La chirurgie dans le cancer du rectum est difficile.

Quatre types de chirurgies sont possibles, en fonction de la localisation de la tumeur par rapport à l’anus.

  • Excision transanale: Si la tumeur est petite, située près de l’anus, et se limite seulement à la muqueuse (couche interne), la tumeur est enlevée par l’anus, aucun des ganglions lymphatiques n’est enlevé par cette procédure et aucune incision est faite dans la peau.
  • La chirurgie mésorectal: Cette procédure chirurgicale implique la dissection minutieuse de la tumeur du tissu sain.
  • Résection antérieure basse : Lorsque le cancer est dans la partie supérieure du rectum, la résection antérieure sera réalisée. Cette intervention chirurgicale nécessite une incision abdominale, et les ganglions lymphatiques sont habituellement retirés avec un segment du rectum ou se trouve la tumeur. Les deux extrémités du côlon et du rectum peuvent être rejoints, et la fonction intestinale normale peut reprendre après la chirurgie.
  • Amputation abdomino-périnéale : Si la tumeur est située près de l’anus (généralement moins de 5 cm), l’exécution d’une amputation abdominopérinéale en enlevant le sphincter anal peut être nécessaire. Les ganglions lymphatiques sont également retirés au cours de cette procédure. Avec une amputation abdominopérinéale, une colostomie est nécessaire. Une colostomie est une ouverture du côlon sur la peau de l’abdomen, où les selles sont éliminés dans un sac.

Traitement médical

Le traitement du cancer du rectum dépendent du stade de ce dernier. Les objectifs du traitement d’un cancer du rectum localisé (sans métastases) sont :

  • Garantir l’élimination de tous les cellules cancéreuses
  • Prévenir une récidive du cancer du rectum.

Si le cancer du rectum est diagnostiqué à la phase I, alors la chirurgie est susceptible d’être la seule mesure nécessaire pour le traitement. Le risque de la réapparition du cancer après la chirurgie est faible, par conséquent, la chimiothérapie n’est pas indiqué.

Parfois, après l’ablation de la tumeur, on découvre que le cancer du rectum a envahi le mésorectum (stade II), ou les ganglions lymphatiques (stade III).

Dans ce cas, la chimiothérapie et la radiothérapie sont administrées après la chirurgie pour réduire le risque de récidive du cancer du rectum.

La chimiothérapie et la radiothérapie administrée après la chirurgie sont appelées « traitement adjuvant ».

Si les examens initiaux montrent que le cancer du rectum est dans le stade II ou III ; la chimiothérapie et la radiothérapie doit être envisagée avant la chirurgie.

La chimiothérapie et la radiothérapie administrées avant l’opération chirurgicale, sont appelées « traitement néo-adjuvant ».

Ce traitement néo-adjuvant  est fait pour limiter la tumeur et donc être plus facile a retirer par la chirurgie.

Ce traitement dure environ 6 semaines. Après rétablissement de la chirurgie le malade qui a subi un traitement néo-adjuvant devrait discuter avec son médecin pour savoir s’il a besoin de plus de la chimiothérapie.

Si le cancer du rectum est métastatique, alors la chirurgie et la radiothérapie ne seront pas réalisée, seulement dans le cas ou le saignement persistant ou s’il y a une occlusion intestinale par une grande tumeur.

Sinon, seule la chimiothérapie est le traitement standard , avec des mesures palliatives, comme traitement de douleur par des antalgiques (morphine), oxygénothérapie, des fortifiant alimentaires…etc.

Autres Traitement :

La radiothérapie utilise des rayons à haute énergie qui visent à détruire les cellules cancéreuses. Pour le cancer du rectum, la radiothérapie peut être utilisée soit avant la chirurgie (traitement néo-adjuvant) ou après la chirurgie (traitement adjuvant), habituellement en conjonction avec une chimiothérapie.

Les objectifs de la radiothérapie sont les suivantes:

  • Réduction de la taille de la tumeur pour faire son ablation chirurgicale plus facile.
  • Tuer les cellules cancéreuses restantes après la chirurgie pour réduire le risque de récidive du cancer du rectum.
  • Traiter toute localisation cancéreuse qui est à l’origine des symptômes, tels que douleurs abdominales ou d’occlusion intestinale.

En règle générale, la radiothérapie est donnée tous les jours, 5 jours par semaine, pendant 6 semaines.

Chaque cure ne dure que quelques minutes et elle est totalement indolore.

Les principaux effets secondaires de la radiothérapie pour le cancer du rectum incluent :

Une légère irritation cutanée, la diarrhée, irritation de la vessie, la fatigue.

Ces effets secondaires disparaissent généralement après l’arrêt du traitement.

Après le traitement?

Comme il existe un risque de récidive du cancer du rectum après le traitement, un suivi de routine est nécessaire.

Le suivi se compose généralement de visites régulières chez le médecin pour des examens physiques, des études de sang, et d’imagerie.

En outre, une coloscopie est recommandée 1 an après le diagnostic du cancer du rectum.

Si les résultats de la coloscopie sont normales, la procédure peut être répétée tous les 3 ans.

Prévention du cancer du rectum

dépistage approprié des tumeurs colorectales, menant à la détection et l’ablation des polypes s’ils sont trouvés, est le seul moyen efficace de prévention.

Sans oublier l’hygiène de vie, l’alimentation équilibré, l’exercice régulier, et surtout l’arrêt du tabac !!!

Pronostic du cancer du rectum

Le pronostic de guérison du cancer du rectum est spécifique pour chaque individu.

De nombreux facteurs sont impliqués pour définir les chances de survie après le traitement du cancer du rectum.

La survie à long terme dépend généralement du stade du cancer au moment du diagnostic et de traitement.

Les approximations de la probabilité de survie à 5 ans après le traitement sont les suivantes:

  • Stade I: La probabilité de survie à 5 ans est d’environ 70-80%.
  • Stade II: La probabilité de survie à 5 ans est d’environ 50-60%.
  • Stade III: La probabilité de survie à 5 ans est d’environ 30-40%.
  • Stade IV: La probabilité de survie à 5 ans est inférieur à 10%.
Classé dans:

Débats, discussions et commentaires : 2 commentaires.

  1. je suis atteinte d,une tumeur maligne a 5cm du rectum:quels sont ls remedes les plus efficaces a prendre?

    [Répondre]

  2. Bonjour,
    J’ai eu une ablation du rectum il y a une dizaine année, aujourd’hui je n’ai plus de cancer mais par contre j’ai des séquelles. J’ai des fuites annales dans la journée et la nuit je mets une couche. je mange de tout, je voudrais savoir s’il y a un régime pour éviter ces inconvéniants.
    Merci de me répondre.
    Cordialement.

    [Répondre]

Laissez un commentaire

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, utilisez le formulaire Question & Réponse et un de nos médecins fera le plaisir de vos répondre ! Merci.