Le ciblage d’un gène offre de nouvelles perspectives pour le traitement du cancer de l’estomac

Par Yacine Gounane , le samedi 01 janvier 2011. Mise à jour dimanche 06 décembre 2015
Classé dans: >

Les chercheurs japonais disent que la découverte du rôle de ce gène dans le cancer gastrique peut mener à de nouvelles thérapies.

Des chercheurs Japonais affirment que le ciblage du gène ASK-1, un gène dont le lien aux cancers de la peau et du côlon est deja bien connu, peut être une nouvelle façon de traiter le cancer de l’estomac. Leurs résultats sont publiés dans les Proceedings of National Academy of Sciences.

Il y aura environ 21.000 nouveaux cas de cancer de l’estomac diagnostiqués en 2010, et environ 10.570 personnes mourront de cette maladie au cours de la même année, selon l’American Cancer Society. Les facteurs de risque pour le cancer de l’estomac comprennent le tabagisme, la consommation de viande salée et fumée, et l’infection à Helicobacter pylori. Les traitements actuels du cancer de l’estomac comprennent la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont montré que 66 personnes ayant un cancer de l’estomac avaient des quantités excessives de l’ASK-1 enzyme (rôle dans la régulation de l’apoptose) exprimé dans leurs cellules tumorales gastriques, par rapport à des échantillons de tissus gastrique sain.

Les chercheurs ont également comparé la quantité de ASK-1 dans les cellules cancéreuses du côlon et par rapport à des cellules de côlon sain et ont constaté que les niveaux n’étaient pas plus élevés dans un de ces groupes, ce qui suggère que des quantités excessives de ASK-1 peuvent être propres au cancer de l’estomac.

Dans une seconde expérience, les souris dont le gène de ASK-1 a été désactivé avaient un risque moindre de développer un cancer de l’estomac par rapport aux souris génétiquement normales.

Alors, quel est le lien entre le gène ASK-1 et les cellules cancéreuses de l’estomac? Les chercheurs supposent que cela peut encourager les cellules cancéreuses à se divisent plus rapidement.

« Ces résultats indiquent un rôle essentiel du gène ASK1 dans le cancer gastrique et suggèrent le potentiel des thérapies de ciblage spécifiques du ASK1 pour le cancer gastrique », concluent les chercheurs. Cette étude a été menée par le Shin Maeda, un gastro-entérologue à l’Université de Tokyo au Japon.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire