Ce sujet a 9 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  simeoni, il y a 1 mois et 4 semaines.

  • #72486 Répondre

    Visiteur
    Participant

    je voudrais savoir par quel moyen on peut guérir les tophus provoqués par la goutte

    cela me dérange au niveau du talon et m’empêche de chausser convenablement mes chaussure

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • #72487 Répondre

    Visiteur
    Participant

    @mokhtar: il faut consulter un rhumatologue il existe des traitements éfficaces aujourd’huit contre la goutte.

    J’ajoute ce petit article qui pourrait vous aider

    Le Tophus

    • Ils surviennent en moyenne 10 à 20 ans après la première crise de goutte, parfois plus tôt
    • Leur volume augmente ensuite progressivement: ce sont des tuméfactions sous-cutanées, de consistance dure, de couleur chamois lorsqu’ils envahissent le derme.
    • Ils peuvent s’ulcérer, libérant une bouillie blanchâtre s’écoulant pendant des mois.
    • Ils siègent électivement au pavillon de l’oreille (figure 8), à l’olécrâne, au genou, au gros orteil, au talon (tendon d’Achille), au dos du pied, aux mains: dos et paume(pulpe des doigts).

    TRAITEMENT

    A Traitement de la crise aiguë

    • Il repose sur la colchicine (comprimés sécables dosés à 1 mg). Deux schémas sont proposés :

    Soit :

    – 3 mg le 1er
    jour, par prises de 1 mg espacées toutes les 3 à 4heures, per os, dès les premières heures (voire 2
    jours de suite);
    – 2 mg le 2ème et le 3ème jour
    – 1 mg ensuite.

    Soit :
    – 1,5 mg en 3 prises de 0,5 mg espacées de 1 heure le1er jour, suivis d’une dose variable en fonction du degré d’inflammation résiduelle. La durée du traitement sera de 15 jours.
    • La colchicine expose, aux fortes doses, au risque de diarrhée ou de nausées et vomissements.
    • Elle peut être remplacée (ou associée) par un anti-inflammatoire non stéroïdien tel que le naproxene 500 mg x 2/j (Apranax® Naprosyne®) l’indométacine (Indocid® gélules à 25 mg): 100 à 150 mg/24 h, le diclofenac (Voltarène® comprimés à 25 et 50 mg): 150 mg/24 h, ’étoricoxib(Arcoxia®, comprimés à 120 mg/24 h pendant 8 jours)
    • Les Anglo-saxons utilisent volontiers les corticoïdes par voie générale (30 à 35 mg de prednisone par jour pendant 5 jours ou 30 à 60 mg par jour pendant 2 jours avec décroissance de 5 à 10 mg tous les deux jours, ou 40mg d’actonide de triamcinolone IM) en l’absence de contre-indication (diabète, insuffisance cardiaque).
    • Les corticoïdes intra-articulaires sont une alternative possible.
    • Les inhibiteurs de l’IL-1 ont été plus récemment proposés avec succès : IL-1 RA (Anakinra® 100 mg/j 3 à 7 jours) et bientôt le rilonacept (IL-1 Trap) ou le canakinumab(Ilaris®) B Traitement de fond de la maladie goutteuse Son but est de ramener l’uricémie au-dessous de 50 mg/1 (= « uricémie de sécurité »). C’est un traitement à vie. Son institution est impérative en cas de crises répétées et fréquentes.

    1 Moyens thérapeutiques
    a. Mesures hygiéno-diététiques:
    • Régime hypo-uricémiant : Il faut :
    o supprimer : abats, extraits de viande, sardines, anchois, harengs, alcools (bière et alcools forts) etsodas
    riches en fructose ;
    o limiter : viandes, volailles, poissons, crustacés, pois, haricots, lentilles.
    • L’efficacité du régime est modeste : il permet de diminuer l’uricémie de10 mg/l
    • En cas d’obésité: prescrire un régime hypocaloriquepauvre en graisses.
    • En cas d’hyperlipidémie, le fenofibrate est l’hypolipidémiant de choix car il réduit de 20% l’uricémieet accroît de 30% la clairance de l’acide urique.
    • Des séances d’éducation thérapeutiques aideront à mieux faire comprendre les règles diététiques et l’importance de l’observance thérapeutique.
    • En cas d’hypertension l’emploi du losartan a une action hypotensive et uricosurique
    • En cas de goutte induite par les diurétiques, il est recommandé d’arrêter le diurétique si possible.
    • Les autres mesures d’hygiène de vie consistent à favoriser l’exercice physique et assurer une diurèse alcaline (ex.: Vichy Saint-Yorre ou Célestins sauf contre-indication due à un régime désodé).
    • Un apport de supplément de vitamine C aura un petiteffet uricosurique

    b. Colchicothérapie continue
    1 mg/24 h (2 fois ½ cp par jour) de colchicine pendant les 3 à 6 premiers mois.

    c. Médicaments hypo-uricémiants

    Ils sont indiqués chez les patients ayant des accèsrépétés, une arthropathie, des tophus ou des lésions radiographiques. Ils seront donnés indéfiniment. Ils risquent de déclencher des crises de goutte aiguë (par désagrégation des dépôts uratiques). Il faut donc prévenir les patients et coupler à la colchicine pendant environ 3 mois (en cas de goutte tophacée, la colchicine est poursuivie jusqu’à disparition des tophus).On a le choix entre les médicaments suivants:

    Dépresseurs de l’uricosynthèse:
    o L’allopurinol (Zyloric®), inhibiteur de la xanthine oxydase, est le traitement de référence de la goutte chronique. Il sera débuté à distance d’une crise aiguë à la posologie de 100 mg/j. La posologie sera ensuite augmentée de 100 mg toutes les 2 à 4 semaines pour atteindre l’uricémie de « sécurité » (60 mg/l, voire pour certains 50 mg/l). La posologie sera adaptée àla fonction rénale. Chez le goutteux sans insuffisance rénale, la posologie pourra parfois dépasser les 300 mg/j et atteindre jusqu’à 800 mg/j en deux prisesen surveillant la NFS et les transaminases. L’effet secondaire le plus sévère de l’allopurinol est le syndrome
    DRESS (Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms), parfois fatal. A un moindre degré, on surveillera les intolérances cutanées (rash ou éruption érythémato-papuleuse prurigineuse) imposant l’arrêt immédiat.
    o Le febuxostat (Adenuric® à 80 et 120 mg), inhibiteur de la xanthine oxydase, s’utilise per os à la dose initiale de 80 mg, puis si nécessaire 120 mg/j, si l’uricémie reste élevée après 2 à 4 semaines. Il ne nécessite pas d’adaptation posologique chez le sujet insuffisant rénal ou très âgé. L’effet hypo-uricémiant est obtenu en 15 jours. Une surveillance périodique des transaminases est souhaitable et une certaine prudence est conseillée en cas de pathologie cardiaque ischémique ou d’insuffisance cardiaque congestive.
    • Uricosuriques: les seuls utilisés sont la probenecide (Benemide®) 500 mg/j en deux prises augmentée par période de 15 jours jusqu’à 2 à 3 g et la benzbromarone (Desuric®): 100 à 300 mg/24 h per os. Il expose à la lithiase uratique. Il faut donc adjoindre des boissons abondantes alcalines (il est fourni via la pharmacie hospitalière) et surveiller les transaminases (risque d’hépatite)
    • Uricolytiques :
    o Une forme recombinante d’uricase est disponible en France hors AMM, la rasburicase ou Fasturtec®.
    Administrée par voie IV en hospitalisation à la dose de 0,2 mg/kg/perfusion mensuelle avec prémédication (corticoïdes, anti-histaminiques et antipyritiques)du fait du risque allergique, elle a une AMM limitée à la prévention de l’hyperuricémie aiguë des lyses tumorales sous chimiothérapie.
    o Uricase recombinante, la PEG-uricase ou pégloticase(Krystexxa®), s’administre par voie IV toutes les 2 à 4 semaines. Elle attend son AMM pour les gouttes sévères.
    2. Les indications
    • On réservera les uricosiques aux rares gouttes avechypo-uricurie et en l’absence d’insuffisance rénale.
    • On préfèrera les dépresseurs de l’uricosynthèse en cas d’insuffisance rénale modérée, de lithiase uratique.
    • L’association des deux classes thérapeutiques est possible afin de ramener l’uricémie au-dessous de 50mg/l.
    Les interactions médicamenteusesnombreuses sont à connaître chez les goutteux ayant des traitements correcteurs des facteurs de risque d’athérome :
    • La colchicine interagit avec le cytochrome p450 quimétabolise de nombreux médicaments et la P glycoprotéine dont les modifications d’activité peuvent entraînerune accumulation toxique.
    • L’allopurinol réduit le métabolisme hépatique de lawarfarine, la phénytoine, la théophylline, la vidarabine.
    • La toxicité de l’azathioprine est augmentée par l’allopurinol et le febuxostat
    • La benzbromarone diminue l’excrétion du méthotrexate.
    Les séances d’éducation thérapeutique devront insister également sur ces multiples interactions (remise d’une liste des médicaments à surveiller et éviter)

    #72488 Répondre

    Visiteur
    Participant

    Je vous remercie infiniment pour tous vos conseils je demande simplement si le tophus peut disparaitre complétement.je suis indiscipliné quant au régime et parfois même je néglige la prise de mes médicaments à savoir zirolyc et la colchicine ,n’y a til pas une autre recette efficace pour des soins éxternes

    #72489 Répondre

    Dr. A. Farhi
    Admin bbPress

    Bonjour,
    Depuis à peu près 3 semaines je souffre d’une crise de goutte qui ne disparait pas.
    Le médecin m’a prescrit du colchimax en comprimés mais à part des dyarrhés fréquentes il n’y a aucune amélioration si ce n’est qu’à la radiographie que j’ai fait faire hier on m’a décelé un tophus goutteux ! ! !
    Que peut-on faire c’est quelque chose qui me dérange au point de ne pas pouvoir mettre de chaussures fermées.
    Merci pour vos conseils.

    #72490 Répondre

    Dr. A. Farhi
    Admin bbPress

    Bonjour,

    mon problème est identique au vôtre.Le médecin m’a prescrit du febuxostat et de la colchicine . Je me suis mise au régime sans grand succès mais j’hésite à prendre ces médicaments qu’il faudrait que je prenne à vie et qui nécessiterait ,me semble-t’il, un suivi sérieux

    #72491 Répondre

    Dr. A. Farhi
    Admin bbPress

    Bonjour,

    Depuis 1997 mes deux doigts sont déformés au niveau des articulations.Le premier médecin m’a parlé de goutte avec Ziloric 200 comme traitement.En 1999 le second médecin a parlé de polyarthrite rhumatoïde avec comme traitement de fond le trolovol que je n’ai jamais pris.Un rhumatologue en 2004 m’a prescrit aux vues des examens le cortancyl 5 mg et le methotrexate que j’ai seulement pri deux boites.Récemment en octobre 2015,un autre médecin hématologue m’a mi sous colchicine et apranax. C’est.C’est cette année que le tophus est apparu sur ma main droite,car c’est au niveau des articulations des deux mains que je souffre.Mes récents examens médicaux effectués à l’Institut Pasteur de Bangui sont les suivants:Acide Urique 46 mg/1 ,Protéine C Réactive(CRP):3,76 mg/1 ;Protides totaux de l’électrophorèse des protéines seriques 67 g/1 et une réaction positive au latex pour l’examen du facteur rhumatoïde.Alors s’agit il de goutte ou du polyarthrite rhumatoïde que le dernier médecin a refusé?Il n’ya pas de rhumatologue chez nous en Centrafrique et je voudrais avec votre aide avoir une idée claire de ce dont je souffre et quelques conseils.Merci d’avance de votre réponse.

    #72492 Répondre

    Dr. A. Farhi
    Admin bbPress

    Bonjour, j’ai une inflammation au niveau du 4 et 5 metatarse , j’ai fait un I.R.M, le radiologue, me dit de faire des semelles et kiné, alors que mon médecin me dit que c’est un problème de goutte. Qui croie? J’ai trouvé une solution prise de Voltaren: où est le bon diagnostic?
    Merci pour la réponse.

    #79607 Répondre

    hamani

    j ais un taux eleve en triglycerides et acidurique toute l annee due a l exes de consommation d alcool JE SUIS MUSULMAN NON PRATIQUANT MAIS PAR CONTRAINTE ET LE RESPECT DE LA SOCIETE JE JEUNE DURANT LES 30 JOURS DU MOIS DE RAMADHAB ET JE FAIS UN EFFORT DURANT 3 MOIS JUSQU AU JOURS DE L AID JE REPREND MES CONSOMMATIONS HABITUELLE ET PROGRESSIF DURANT CES 3 MOIS MON SANG ESTR EQUILIBRE COMME UN SPORTIF DE 20 ANS APRES JE REPRENS MON QUOTIDIEN ET MES DESIRS J AI 61 ANS

    #80268 Répondre

    zile bale

    bonjour, J’ai eu une petite enflure D’apparition brutale en amont de la face externe de l’articulation metatarso-phalangiènne du membre inferieur gauche. ELLE EST NON DOULEUREUSE AU REPOS MAIS UN PEU DOULOUREUX LORSQUE JE PORTE MA Chaussure. AUSSI JE NE ME SOUVIENT PAS AVOIR HEURTE QUELQUE CHOSE. DOIS-JE PENSER A LA GOUTTE? je voudrais savoir dans un premier temps, si les tophus peuvent apparaitre sans qu’on ait la goutte.ensuite EST-il possible qu’un adulte jeune de 30 ans contracte la goutte? et enfin, les tophus sont-ils douloureux et à quels point?
    merci de m’éclairer.

    #80364 Répondre

    simeoni

    Bonjour,
    Mon petit fils de 8 ans fait des crise d’épilepsie suit à un traumatisme crânien survenu à l’âge de 2 ans.
    Il est suivi, est traité par un neurologue.
    Le neurologue aurait dit, qu’a la puberté, les crises peuvent diminuer, voir disparaître!
    Merci de vos réponses,

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
Répondre à : Comment guerir les tophus goutteux ?
Vos informations:





<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre> <em> <strong> <del datetime=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">

Répondre