Acné : Traitement et soins de l’acné

Par , le mardi 11 février 2014. Mise à jour jeudi 19 novembre 2015
Classé dans:

Le traitement de l’acné est connu pour être difficile et astreignant ; en fait, le traitement de l’acné juvénile est plus facile que celui de l’acné adulte. Le traitement nécessite une bonne observance et sa difficulté réside dans la durée du traitement de l’acné qui nécessite plusieurs mois avant d’avoir un résultat.

Cet article est élaboré à partir des recommandations de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ; Anciennement AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé).

Hygiène

L’hygiène est une étape importante dans le traitement de l’acné, un accord professionnel de toutes les sociétés savantes en dermatologie : une toilette quotidienne ou biquotidienne, sans savon, mais avec des gels et pains dermatologiques.

Les crèmes hydratantes, appliquées à la peau sur l’acné, permettent d’améliorer la tolérance du traitement anti-acnéique.

À déconseiller : les produits alcoolisés et produits antiseptiques, ils sont irritants et sensibilisants. Aussi, la manipulation des lésions est déconseillée et peut provoquer des poussées inflammatoires.

Vu le caractère phototoxique de certains traitements anti-acnéiques, la photoprotection est recommandée en cas d’exposition solaire, avec risque de pigmentation des cicatrices.

Crème anti-acné. Copyright © D’ors & Déjà. 2012

Crème anti-acné. Copyright © D’ors & Déjà. 2012

Médicaments contre l’acné

Le traitement de l’acné est souvent un traitement de long cours, comprenant un traitement d’attaque et un traitement d’entretien.

Le traitement symptomatique de l’acné est prescrit dans les formes non sévères, permettant de faire diminuer le nombre et l’intensité des lésions cutanées. Il est souvent entretenu même après la rémission complète.

L’isotrétinoïne par voie orale est indiquée pour les formes sévères d’acné, et permet une guérison dans 50% des cas. Il s’agit d’un dérivé de la vitamine A dont l’action est la réduction la taille des glandes sébacées entrainant de nombreux effets secondaires parfois grâves et, de ce fait, réservé uniquement à certains formes grâves de l’acné.

Le traitement par voie locale est recommandé par les professionnels, car il permet une meilleure observance du traitement.

Les professionnels recommandent également de poursuivre le traitement d’attaque pendant au moins 3 mois avant de juger de son efficacité, il sera remplacé par la suite par un traitement d’entretien.

Choisir entre la forme générale ou locale du traitement dépend de la sévérité et la forme clinique de l’acné.

Pour les formes minimes et modérées, l’acné à composante rétentionnelle relève d’un traitement local à base de rétinoïdes topiques ou de microchirurgie, les acnés sévères quant à eux nécessitent souvent un traitement per os à base d’isotrétinoïne.

Acné à prédominance rétentionnelle

Les rétinoïdes topiques

Les professionnels recommandent l’adapalène à 0.1% ou la trétinoïne à 0.025%, à raison d’une application par jour. En cas d’apparition d’irritation, espacer les applications en début de traitement avec utilisation quotidienne d’émollients.

La microchirurgie

Les lésions rétentionnelles forment des microkystes, peuvent faire l’objet d’extraction par un médecin entraîné, permet d’accélérer l’effet des traitement locaux et d’éviter la récidive.

Acné à prédominance inflammatoire

Forme localisée

Dans les formes localisées d’acnés à prédominance inflammatoire, les traitements locaux recommandés sont les suivants :

Peroxyde de benzoyle à 5%, une application par jour. En cas d’intolérance, utilisez soit l’adapalène à 0,1% (une application par jour) soit un antibiotique local (type érythromycine à 4% ou clindamycine à 1%) avec association à un rétinoïde local (trétinoïne à 0.025% ou adapalène à 0,1%). L’association peut se faire soit par une alternance matin et soir, soit fixes le soir.

L’acide azélaïque, gel a 15%, ou crème à 20%, avec une posologie de 2 applications par jour, mais une efficacité limitée.

Remarque : ne pas utiliser un antibiotique local en monothérapie car il existe un risque de résistance.

Forme étendue, ou d’évolution prolongée

Antibiothérapie générale

Les antibiotiques utilisés en première intention sont les cyclines (doxycycline 100 mg/j ou lymécycline 300 mg/j) sur une durée maximale de 3 mois. Les effets secondaires parfois graves de la minocycline (hépatite, syndrome d’hypersensibilité) font que l’emploi de ces molécules doit rester exceptionnel en cas d’échec des autres cyclines et d’impossibilité de l’isotrétinoïne orale.

En cas de contre-indication aux cylines, utilisation de l’érythromycine orale (1g/j) en association à des traitements locaux.

Les traitements locaux à une antibiothérapie générale sont :

  • Peroxyde de benzyle : sur les lésions inflammatoires
  • Rétinoïde local : sur les lésions rétentionnelles et inflammatoires pour l’adapalène.

Isotrétinoïne orale

En cas d’échec des traitements précédents bien conduits, pendant la durée de 3 mois de bonne observance, le traitement par isotrétinoïne orale sera recommandé, par une dose débutante de 0,5 mg/kg/jour et jusqu’à une dose cumulée entre 100 et 150 mg/kg.

L’isotrétinoïne possède de nombreux effets indésirables, notamment le risque tératogène. Les recommandations de prescription doivent être respectées.

L’association isotrétinoïne/cyclines est contre-indiquée en raison d’un risque d’hypertension intracrânienne bénigne.

Autres traitements

Gluconate de zinc

Il est prescrit dans les acnés inflammatoires à modérées en cas de contre-indication ou d’inefficacité des autres traitements.

Acnés nodulaires et autres formes sévères d’acnés

Les formes sévères de l’acné doivent relever d’une prise en charge spécialisée.

L’isotrétinoïne par voie orale est recommandée dans les formes sévères d’acné dans un but curative et selon les modalités décrites plus haut. Dans les formes avec forte composante rétentionnelle, l’isotrétinoïne doit être débutée à dose faible (0,2 à 0,3 mg/kg/jour) permettant de réduire le risque d’exacerbation aiguë et sévère (acné fulminans).

L’évacuation des lésions rétentionnelles par la microchirurgie est recommandée avant l’instauration de l’isotrétinoïne orale pour éviter les poussées inflammatoires sévères et accélère l’efficacité de l’isotrétinoïne.

Traitement d’entretien

Le traitement d’entretien de l’acné repose sur les rétinoïdes locaux. L’adapalène à 0,1% a démontré son efficacité dans cette optique, éventuellement en association avec le gluconate de zinc oral.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire