Grossesse et épilepsie

Par , le vendredi 12 mars 2010. Mise à jour dimanche 22 novembre 2015, Classé dans: > .

Plus de 90 % des femmes atteintes d’épilepsie peuvent avoir des bébés en bonne santé. Toutefois, ces femmes ont plus de risques de complications de la grossesse ou du travail que chez les femmes non épileptiques. La coordination des efforts entre différents spécialistes est essentielle pour suivre les femmes épileptiques désirant procréer.


La conception.

La fertilité.

Les femmes atteintes d’épilepsie ont moins d’enfants que les femmes saines, avec un taux de fécondité de 25 à 33 % de moins que la moyenne. Le choix personnel et / ou de pression de la famille ou la société joue un certain rôle dans cette disparité (peur de complications, peur de l’inconnue …), les recherches ont révélé que les femmes atteintes d’épilepsie ont une incidence plus élevée d’irrégularités menstruelles, de syndrome des ovaires polykystiques et troubles de la reproduction. N’importe lequel de ces facteurs peut réduire la fertilité chez les femmes épileptiques.

Les grossesses non désirées

Les femmes atteintes d’épilepsie en prenant certains médicaments anti-épileptiques peuvent subir un échec des méthodes de contraception hormonale. Certains des médicaments [carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, barbituriques (phénobarbital, mephobarbital, et primidone) et le topiramate] diminuent la concentration d’œstrogènes, ce qui réduit l’efficacité des contraceptifs hormonaux.

Malformations congénitales

Malformations majeures

Ce type malformations affecte gravement la vie de l’enfant, survient dans 2 à 3% de tous les enfants nés vivants des femmes atteintes d’épilepsie, l’incidence est estimée à 4 à 8% et peut-être plus grande pour les femmes souffrant d’épilepsie prenant plus d’un médicament. Les différents types de malformations majeures survenant chez ces enfants sont les fentes faciales, des anomalies cardiaques et les anomalies du tube neural.

La supplémentation en acide folique (à une dose minimale de 0,4 mg par jour) est particulièrement importante avant la conception et pendant la grossesse chez les femmes atteintes d’épilepsie de réduire le risque d’anomalies du tube neural chez la progéniture.

Anomalies mineures

L’incidence des anomalies physiques mineures chez les nourrissons nés de femmes atteintes d’épilepsie est d’environ 15%. Les fonctionnalités telles que hypertélorisme, épicanthus, philtrum peu profonde, une hypoplasie digitale distale, et les plis simien sont souvent présents comme un trait familial. Bien que l’incidence est indiqué comme étant 2 à 3 fois plus grande chez les femmes atteintes d’épilepsie, ces anomalies peuvent être présent chez les nourrissons dont les mères utilisent d’autres types de médicaments ou qui ont une consommation excessive d’alcool pendant la grossesse. Beaucoup de ces petits défauts physiques semblent être idiopathiques. Ces anomalies ne posent pas de problèmes graves et sont essentiellement des préoccupations esthétiques.

Autres Effets sur le système nerveux central

Une plus grande incidence de l’arriération mentale et / ou une microcéphalie a été rapportée chez les enfants des femmes souffrant d’épilepsie, mais ces études ont été contradictoires et n’ont pas toujours été contrôlées pour les autres facteurs qui peuvent contribuer (comme la génétique intrinsèque, et les effets des crises maternelle ou DEA in utero).

Toutefois, des retards de développement peuvent être significatifs en terme de risque pour les bébés de femmes atteintes d’épilepsie. Des facteurs autres que l’épilepsie maternelle qui sont considérés comme importants sont les tests de QI chez la mère et la prise de plus d’un antiépileptique (en particulier l’exposition in utero au phénobarbital).

Avortement spontané

Il n’ya aucun risque accru de mortalité fœtale précoce (le plus rare, l’avortement spontané dans les 20 premières semaines post-conception) chez les femmes atteintes d’épilepsie. L’incidence d’avortement précoce (décès d’un fœtus ou d’avortement spontané après 20 semaines de grossesse) est augmenté chez les femmes atteintes d’épilepsie par rapport aux autres femmes indemnes (au double en général : 2 à 7 % de toutes les grossesses chez les femmes indemnes et de 2 à 14 % chez les femmes atteintes d’épilepsie selon les études disponibles).

Médicaments anti-épileptiques et grossesse.

Préoccupations

Comme indiqué précédemment, le risque d’effets indésirables sur le fœtus augmente quand la femme épileptique prend plus d’un antiépileptique. Tous les antiépileptiques couramment utilisés ont été associés à des malformations congénitales. Certains des nouveaux médicaments antiépileptiques n’ont pas été utilisés en quantité suffisante pour avoir des données significatives.

L’acide valproïque (avec un risque de 1 à 2 %), et dans une moindre mesure, la carbamazépine (avec un risque de 0,5 %) ont été associées à des anomalies du tube neural, spina bifida spécifiquement. Une supplémentation folique utilisée avant la conception et durant toute la période de procréation peut minimiser ce risque.

De nombreux experts estiment que triméthadione est contre-indiqué chez les femmes souffrant d’épilepsie qui pourraient devenir enceintes, car elle a été associée à une incidence élevée d’avortements et de malformations congénitales.

Gestion des crises convulsives pendant la grossesse.

Les crises épileptiques non maîtrisées, en particulier généralisées tonico-cloniques, sont dangereuses pendant la grossesse et l’abandon de prise d’antiépileptiques posent un risque plus élevé pour la mère et pour le fœtus que les effets secondaires possibles du médicament. Fausses couches, les traumatismes liés aux chutes, l’hypoxie et l’acidose fœtale sont tous des séquelles possibles des convulsions maternelles.

L’état de mal épileptique comporte un taux élevé de mortalité pour la mère et pour le fœtus et les crises généralisées survenant pendant le travail peuvent entraîner une bradycardie fœtale.

Pendant la grossesse, un quart à un tiers des femmes épileptiques sont atteintes d’une augmentation de la fréquence des crises convulsives malgré la poursuite de prise des antiépileptiques. Diminution des protéines de transport des antiépileptiques, augmentation de la clairance du médicament et une augmentation du volume plasmatique maternel pendant la grossesse peuvent être la cause de la diminution des concentrations sériques des antiépileptiques, des dosages et évaluations au laboratoire sont nécessaires pour ajuster la posologie dans ce cas.

Les concentrations plasmatiques des antiépileptiques devraient être étroitement surveillées pendant la grossesse et pendant au moins 8 semaines suivant l’accouchement car il est courant de voir des augmentations de ces concentrations dans la période post-partum.

Complications pendant la grossesse.

Autres problèmes obstétricaux potentiels observés plus fréquemment chez les femmes épileptiques sont les saignements vaginaux, l’anémie. Difficultés pendant le travail et la menace d’accouchement prématuré, stagnation de dilatation, et une augmentation de risque de césarienne.

Maladie hémorragique du nouveau-né

C’est une maladie hémorragique du nouveau-né unique qui se produit dans les 24 premières heures de vie. Les antiépiléptiques maternels inhibent de façon compétitive le transport de la vitamine K à travers le placenta et le bébé a un TP prolongé. Le risque peut être réduit par la supplémentation maternelle en vitamine K par voie orale (à une dose de 10 mg / jour) pendant le dernier mois de grossesse. Ce trouble néonatal particulier ne semble être associé à l’exposition in utero à ces antiépileptiques (phénobarbital, primidone, phénytoïne, et peut-être d’autres).

Risque de convulsions chez l’enfant

Il ya un risque élevé pour les femmes atteintes d’épilepsie d’avoir des enfants qui convulsent. Le type de crise et l’âge de son apparition affectent également l’incidence de l’épilepsie chez l’enfant. Il est encourageant de reconnaître que même pour les patients dans les groupes les plus à risque, le risque que leur enfant développe l’épilepsie est inférieur à 10 %.

A propos de l'auteur

Débats, discussions et commentaires : 5 commentaires.

  1. SALUT QUELLE SONT LES COMPLICATION NEONATALE DU BBEBEDE MERE EPYLIPTIQUE ET LA CONDIUT A TENIRE

  2. tu cherche un texte scientifique c’est un site généraliste pour les patients.

  3. Bonjour j’ai 18 ans et je suis diagnostiquée semi-épileptique depuis que j’ai 15 ans (que signifie être  »semi-épileptique ») ,on m’a dit que j’aurais de la misère à enfanter… Mon grand-père (un ancien médecin) ne comprend pas pourquoi je ne pourrais pas avoir des enfants… Une masse située dans mon cerveau causerait mes convulsions,ma dernière crise remonte en 2009 ce qui fait 2 ans… Ma mère était épileptique de 0 à 7 ans (approximativement) mais les médecins disent qu’il n’y a aucun rapport entre son cas et mon cas… j’aimerais avoir plus d’informations

    Merci d’avance !!

  4. bonjour a tous!
    je suis epileptique depuis ma naissance, ce que je vient de lire me fait paniqué et pourtant je désire vraiment avoir un enfant avec mon conjoint qui est lui aussi epileptique depuis sa naissance également. Mon neurologue ma rassurer mais a force de voir des sites sur l’epilepsie et lire tout les complications de la grossesse et de l’accouchement je doute. Je ne veut pas avoir a supporter la perte ou une maladie que peut avoir mon enfant. J’avais penser faire des séances de relaxation mais est ce que cela pourra me permettre d’avoir une grossesse sans risque? si jamais je sais qu’il y’a trop de risque je devrais malgré ma peine et mon dégôut accepter l’echec de la grossesse: cela risque d’être très dur a supporter! Pouvez vous me répondre svp

  5. Bonjour,
    j’ai lu vos commentaires et je voulais vous dire qu’être épileptique n’empèche pas d’avoir un enfant! je suis épileptique depuis longtemps et je suis enceinte de 3mois. le mieux c’est de bien préparer sa grossesse avec son neurologue c’est à dire diminuer au maximum la dose de cachets et prendre de l’acide folique pdt 3mois avant la grossesse minimum et durant les 3 premiers mois. il reste tjr des risques mais cela diminue les risques de malformations. mon compagnon était épileptique jusqu’à l’àge de ses 10ans ce qui augmente les risques que mon enfant peut l’être mais nous verrons bien. j’ai ma première echo la semaine prochaine je verrai s’il y a signe de malformations.

Laissez un commentaire