RAI – Recherche d’agglutinines irrégulières (Test de Coombs)

Par
, Mise à jour le ,
image par default
image par default

Les anticorps irréguliers sont des anticorps qui ne sont pas présents normalement chez le sujet dépourvu de l’antigène correspondant ; par opposition aux anticorps réguliers présents dans le sérum du sujet dépourvu de l’antigène correspondant. Dans le système sanguin, les anticorps anti-A ou anti-B sont des anticorps réguliers alors que l’anticorps anti-D est un anticorps irrégulier.

La recherche d’anticorps irréguliers ou R.A.I ou test de Coombs indirect est un examen permettant de rechercher les anticorps anti-érythrocytaires présents dans le sérum du patient permettant de prévenir les accidents transfusionnels et l’incompatibilité fœto-maternelle.

On met en contact le sérum du patient avec un panel de globules rouges, on cherchera une réaction d’agglutination ou hémolyse, témoignant de la présence d’anticorps dirigés contre les antigènes présents sur les globules rouges du panel. Ces anticorps proviennent soit d’une transfusion antérieure, d’une grossesse ultérieure ou par auto-immunisation.

Prélèvement

La recherche d’agglutinines irrégulières (RAI) nécessite un prélèvement de sang veineux, généralement sur une veine du pli du coude, sur un tube contenant un anticoagulant. Il n’est pas indispensable d’être à jeun.

Résultats

Une recherche peut être :

  • Négative : Pas de risque pour le patient
  • Positive : Il existe un risque potentiel et la transfusion. Et impose d’identifier l’agglutinine en cause avant la transfusion qui ne peut être faite que par du sang phénotypé. Au cours de la grossesse, c’est les anticorps (ou agglutinines) anti-D qui sont dangereux et leur taux doit être mesuré et surveillé pendant la grossesse.
RAI – Recherche d’agglutinines irrégulières (Test de Coombs)
Cet article vous a-t-il plu ? Veillez S.V.P voter

Publié initialement le : samedi 19 janvier 2013
A propos de l'auteur
Dr. Abdelouaheb Farhi

Le Dr. Abdelouaheb Farhi est le rédacteur en chef du site comment guérir depuis 2008, il est médecin spécialiste en anesthésie réanimation.