Les inhibiteurs de l’aromatase peuvent augmenter le risque cardio-vasculaire

Par Yacine Gounane , le mardi 14 décembre 2010. Mise à jour dimanche 06 décembre 2015
Classé dans: >

ChimiothérapieCette étude montre que ces nouveaux médicaments du cancer du sein peuvent induire un risque plus élevé de problèmes cardiaques que le Tamoxifène.

Les chercheurs rapportent que les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à un stade précoce qui prennent les nouvelles molécules, connues sous le nom d’inhibiteurs de l’aromatase, sont 26% plus susceptibles de développer une maladie cardiaque que celles qui prennent le classique Tamoxifène.

«Le traitement par inhibiteurs de l’aromatase est associé à une augmentation significative du risque d’accidents cardiovasculaires, notamment les infarctus du myocarde, l’angine de poitrine et insuffisance cardiaque par rapport au traitement par Tamoxifène», a déclaré Amir Eitan, chercheur en oncologie et en hématologie à l’hôpital Princess Margaret Hospital de Toronto.

Toutefois, le risque réel pour chaque femme, de développer des problèmes cardiaques était relativement faible – environ 4% – chez les femmes prenant soit inhibiteurs de l’aromatase ou Tamoxifène.

En fait, l’analyse a montré que 132 patientes doivent être traitées avec un inhibiteur de l’aromatase pour voir se déclarer un problème cardio-vasculaire. « Ce nombre est relativement élevé » dit Amir.

Mais une femme qui a déjà des facteurs de risque de maladies cardiaques et prenant un inhibiteur de l’aromatase a une chance de 7% de développer des problèmes cardiaques.

Pour l’étude, Amir a étudié les résultats de sept essais thérapeutiques des inhibiteurs de l’aromatase et du Tamoxifène impliquant près de 30.000 femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à un stade précoce.

L’étude a été présentée au San Antonio Breast Cancer Symposium.

Inhibiteurs de l’aromatase contre Tamoxifene: comment fonctionnent ils?

Environ les deux tiers des tumeurs du sein sont maintenues par les œstrogènes.

Le Tamoxifène, qui empêche les œstrogènes de pénétrer dans les cellules cancéreuses, ce qui ralentit la croissance tumorale, a été utilisé pendant des décennies pour traiter le cancer du sein.

Ces dernières années, son utilisation a été largement supplanté par les inhibiteurs de l’aromatase, qui diminuent la capacité du corps à produire des œstrogènes.

Les résultats suggèrent que les femmes à risque de maladie cardiaque doivent limiter l’utilisation des inhibiteurs de l’aromatase.

«Commencer le traitement avec le Tamoxifène, puis passer à un inhibiteur de l’aromatase après plusieurs années – plutôt que de partir avec un inhibiteur de l’aromatase et de rester là-dessus – peut réduire le risque de mourir de causes autres que le cancer du sein», déclare Amir. « Mais ce n’est qu’une hypothèse à ce stade. »

Un expert qui a travaillé sur l’étude de référence : ATAC, qui avait montré l’efficacité des inhibiteurs de l’aromatase n’est pas d’accord:
« L’essentiel est que les inhibiteurs de l’aromatase ont des résultats meilleurs sur la durée et la qualité de vie comparativement au Tamoxifène » dit Aman Buzdar, de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center à Houston.

Dans l’étude ATAC, les femmes ont reçu soit un inhibiteur de l’aromatase: Arimidex, soit le Tamoxifène, ou les deux. « Elles ont été suivies pendant 10 ans et les groupes ont le même risque de maladies cardio-vasculaires » ajoute Buzdar.

Mais Amir souligne le fait que d’autres études ont montré un risque légèrement accru de problèmes cardiaques chez les femmes prenant des inhibiteurs de l’aromatase.

D’autres inhibiteurs de l’aromatase sont Aromasin et Femara.

Et en Décembre 2008, la Food and Drug Administration a ajouté une étiquette d’avertissement mettant en garde contre le risque accru de maladies cardiaques liés à Arimidex.

Autres faits établis

Parmi les autres résultats de cette nouvelle étude:

Les femmes qui ont pris un inhibiteur de l’aromatase ont été 47% plus susceptibles d’avoir une fracture que celles qui ont pris du Tamoxifène, indépendamment de la durée de prise du médicament.

Les femmes sous Tamoxifène étaient plus susceptibles de développer un cancer de l’endomètre et des caillots sanguins dans les jambes.

Il a été suggéré que les femmes qui sont passés aux inhibiteurs de l’aromatase après le début du traitement par le Tamoxifène étaient moins susceptibles de mourir d’autre chose que du cancer du sein, en comparaison avec celles qui ont commencé le traitement avec les inhibiteurs de l’aromatase.

Le risque d’effets secondaires graves a été similaire lorsque les inhibiteurs de l’aromatase ont été utilisés comme traitement initial par rapport à leur utilisation en deuxième intention après le Tamoxifène.

Le coût beaucoup plus élevé des inhibiteurs de l’aromatase a été un problème pour certaines femmes. Mais cela a commencé à changer depuis que des médicaments génériques sont disponibles.

Amir conclut en disant :  »Quoiqu’il en soit, une femme devrait discuter de tous les avantages et les inconvénients de chaque traitement avec son médecin ».

Cette étude a été présentée lors d’une conférence médicale. Les résultats devraient être considérés comme préliminaires car ils n’ont pas encore fait l’objet de «l’examen par les pairs», dans lequel des experts extérieurs examinent les données avant leur publication dans une revue médicale.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire