Mal des transports ou la cinépathie

Par , le jeudi 01 novembre 2012. Mise à jour dimanche 22 novembre 2015
Classé dans:

Mal des transportsBeaucoup d’entre-nous souffrent de ce mal combien désagréable, en voiture, bateau ou avion. Il rend parfois notre voyage un calvaire voir insupportable. Pourtant, il existe des méthodes et médicaments qui permettent d’apaiser les symptômes. Nous allons étayer dans cet article les différents types de mal des transports ainsi que les méthodes pratiques de prévention et de traitement.

Qu’est ce qui cause le mal de transport ?

La cause principale de ce mal est la désorientation du cerveau face à des informations contradictoires transmises par les différents organes sensoriels du corps humain. Le cerveau humain doit à chaque instant savoir la position du corps dans l’espace selon les trois démenions : transversale, sagittale et verticale.

Physiologiquement, pour se situer dans l’espace, l’organisme utilise plusieurs sources d’informations :

  • Informations visuelles : les yeux renvoient les images via la rétine au cerveau, ce qui constitue la principale source d’information.
  • Perception dynamique : l’oreille interne grâce à des cellules spécialisées au niveau des canaux semi-circulaires peut savoir la direction du déplacement de la tête et envoie ces informations au cerveau.
  • Perception proprioceptive : grâce à des récepteurs situés au niveau des muscles et articulations, le cerveau peut savoir la position de chacun des ses membres dans l’espace.

Ces trois niveaux de perception sont reliés par des interconnexions au nerf vague, responsable des nausées et vomissements lors des vertiges et du mal de transport.

Ces informations une fois arrivées au niveau du cerveau, sont analysées afin de situer la position du corps dans l’espace. Lors d’une situation confuse, le cerveau doit avoir une position de certitude, par exemple concentrer la vision sur un objet fixe par rapport aux objets en mouvement.

Manifestations du mal de transport

Le signes de ce mal sont bien connus :

  • Somnolence et diminution de l’attention,
  • Malaise et sensation de gène,
  • Pâleur, sueurs, hyper-salivation et céphalées,
  • Nausées suivies de vomissements,
  • Froideur et baisse de la tension artérielle.

Soulager et prévenir le mal des transports

Il existe plusieurs astuces et même des médicaments permettant de soulager et prévenir l’apparition du mal des transports :

  • Être en bonne forme avant le voyage : Une bonne nuit de sommeil permet d’éviter le mal de transport. En effet, la fatigue et le manque de sommeil accroit les phénomènes nauséeux,
  • En cas de longue route, faites des haltes toutes les deux heures, ce seul fait permet d’ajouter un confort réduisant l’incidence du mal de transport,
  • Sur bateau, choisir un endroit moins sujet aux mouvements telle la zone centrale et éviter les bords,
  • Garder pour la tête une position fixe, sur appuis tête de façon à lui éviter tout mouvement,
  • Si nécessaire, fermez les yeux au moment où vous ressentez des prodromes tels les nausées ou hypersalivation. Évitez pendant le trajet de fixer un objet en mouvement, si possible, gardez l’attention sur la route à l’horizon sur un point fixe.

Note

Les pilotes d’avions utilisent une technique très efficace grâce à un entrainement de longue durée et font apprendre à leur cerveau pour qu’il ne tienne compte que de l’information visuelle pour se repérer dans l’espace. En fixant une zone fixe comme le cockpit permettant de piloter l’avion dans des positions aussi variables que l’exige leur métier. Et le fait d’anticiper le mouvement que va prendre le corps élimine les troubles de l’équilibre éventuel.

D’autres conseils peuvent aider :

  • Laissez les fenêtres ouvertes et faites circuler l’aération dans la voiture et faites en sorte de diminuer le son de la radio, les gens trop sensibles peuvent porter des boules antibruit.
  • Les vibrations et les accélérations brusques sont de facteurs favorisants le mal des transports, essayez de conduire calmement et profiter de la route.
  • Bien manger avant le voyage : Éviter de voyager l’estomac vide, éviter aussi les aliments indigestes tels le café et le lait, au contraire, un repas bien copieux permet d’éviter les vomissements sur un estomac vide particulièrement douloureux. Pour la quantité, il faut ingérer des petites quantités d’aliments et de façon fractionnée.
  • En cas de vomissements importants, il faut boire beaucoup de façon à réhydrater votre corps.

Existe-t-il des médicaments contre le mal des transports?

Certains médicaments notamment des antihistaminiques pris 1 heure avant le transport permettent de prévenir l’apparition du mal des transports (aphilan® dramamine ® scopoderm ® vogalib ® mercalm ® nausicalm ®) Demandez à votre pharmacien les modalités de prises et la posologie adéquate à l’âge et au poids.

Sources & bibliographie

  • Anne C. Poinier, Brian D. O'Brien. Motion Sickness, Disponible sur : http://www.webmd.com/a-to-z-guides/motion-sickness-topic-overview (Consulté le 01/11/2012)
  • University of Maryland, Motion Sickness, Disponible sur : http://www.umm.edu/altmed/articles/motion-sickness-000110.htm (Consulté le 01/11/2012)
  • MedlinePlus, Motion Sickness. Disponible sur : http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/motionsickness.html (Consulté le 01/11/2012)
  • Jay W. Marks, Motion Sickness. Disponible sur : http://www.medicinenet.com/motion_sickness/article.htm (Consulté le 01/11/2012)
Article lu et approuvé par l'administration

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire