Le secret peut être inutile pour obtenir l’effet placebo

Par , le vendredi 24 décembre 2010. Mise à jour dimanche 06 décembre 2015, Classé dans: .

effet placéboDes patients traités pour un syndrome du colon irritable ont ressenti un avantage après avoir sciemment pris des pilules sans principe actif.

Des chercheurs de Harvard rapportent que des patients atteints du syndrome du côlon irritable se sentaient mieux après avoir sciemment pris un placebo, ce qui suggère que le fait de ne pas informer le patient sur l’éventuelle utilisation d’un placebo n’est peut être pas nécessaire.


Dans une étude portant sur 80 patients atteints du syndrome du côlon irritable, les chercheurs de la Harvard Medical School’s Osher Research Center et du Beth Israel Deaconess Medical Center de Boston ont constaté que l’effet placebo ne se résume peut être pas au fait de penser que vous prenez un vrai médicament.

Les patients sous placebo notent un plus grand soulagement des symptômes

Ted Kaptchuk, professeur agrégé de médecine à la Harvard Medical School et directeur du programme asiatique de médecine et de guérison, et ses collègues ont assigné aléatoirement les patients à l’un des deux groupes: ceux qui ont été informés qu’ils devaient prendre des pilules placebo deux fois par jour et ceux qui n’ont reçu aucun traitement, mais avaient la même qualité d’interactions avec le personnel soignant. En fait, les pilules placebo ont été administrés dans une bouteille étiquetée «placebo» et décrites comme  »pilules placebo faites de substance inerte, comme les pilules de sucre, et dont l’effet bénéfique sue les symptômes du syndrome du colon irritable a été démontré par des études cliniques ».

Après trois semaines de traitement, près de deux fois plus de patients prenant un placebo ont rapporté des améliorations de leurs symptômes que ceux qui n’ont reçu aucun traitement, 59% vs 35%. En outre, les patients prenant un placebo ont doublé leur taux d’amélioration, ce qui signifie qu’ils se sentaient mieux plus rapidement, à peu près au même rythme que si ils avaient pris de vrais médicaments pour leur syndrome du colon irritable. Au milieu de l’étude, des effets secondaires ont été rapportés par trois patients du groupe placebo. À la fin de l’étude, cinq patients sous placebo ont signalé des effets secondaires, comme des infections respiratoires, des douleurs, des diarrhées et des éruptions cutanées.

Kaptchuk et son équipe ont conçu leur étude afin de déterminer si l’effet placebo serait le efficace si un patient est informé qu’il prend un placebo. La façon dont le placebo aide a réduire les symptômes n’est pas tout à fait clair.

« Nous avons dit aux patients qu’ils n’ont même pas à croire à l’effet placebo. Il suffit de prendre la pilule, « déclare Kaptchuk. « Néanmoins, ces résultats suggèrent que, plutôt que la simple pensée positive, il peut y avoir des avantages importants à l’exécution même du rituel médical, et je suis excité par l’étude de celui ci. Le placebo peut fonctionner même si les patients savent que c’est un placebo.  »

L’étude est publiée dans la revue PLoS ONE et a été financé par le Centre national de médecine complémentaire et alternative et le Osher Research Center à la Harvard Medical School.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire