Les enfants vivant dans des appartements sont plus exposés au tabagisme passif

Par , le mercredi 15 décembre 2010. Mise à jour dimanche 06 décembre 2015, Classé dans: > .

Enfant et tabagismeUne étude montre que l’exposition est due à de la fumée venant de l’extérieur de leur propre appartement.

Selon une nouvelle étude, les enfants qui vivent dans des appartements ont des taux sanguins de cotinine, un sous-produit de la fumée de tabac, qui sont 45% plus élevé que les enfants qui vivent dans des maisons individuelles.L’étude est basée sur les échantillons de sang de plus de 5.000 enfants vivant dans des maisons individuelles, maisons en rangées et logements collectifs tels que les appartements. L’étude n’incluait pas les ménages comptant une personne qui fume à l’intérieur de la maison ou quand un enfant a indiqué qu’il / elle fumait.

Les résultats, qui seront publiés dans le numéro de Janvier 2011 de Version of Pediatrics, suggèrent que dans les bâtiments à logements multiples, même si personne, dans la maison d’un enfant, ne fume à l’intérieur, l’exposition à la fumée de tabac existe.

En regardant les données de la National Health and Nutrition Examination Survey de 2001 à 2006, les chercheurs dirigés par Karen Wilson, chercheur à l’Université de Rochester à New York, ont constaté que les enfants vivant dans des logements collectifs avaient des niveaux sanguins indiquant une exposition à la fumée du tabac. Parmi les autres résultats de l’étude:

  • Des échantillons de sang ont révélé que 73% des enfants ont montré une exposition à la fumée du tabac.
  • 84,5% des enfants vivant dans des appartements avaient les taux de cotinine indiquant une récente exposition à la fumée du tabac, comparativement à 79,6% des enfants vivant dans des maisons mitoyennes et 70,3% des enfants dans des maisons individuelles.

Le tabagisme passif est associée à un risque accru de syndrome de mort subite du nourrisson, d’asthme et d’infections respiratoires et d’otites chez les enfants.

Les auteurs disent qu’il est possible que des membres de la famille d’un enfant peuvent fumer à l’extérieur de la maison et ramener de la fumée de tabac résiduelle sur leurs vêtements et leurs cheveux à l’intérieur de la maison, mais que cela ne suffit pas à expliquer l’écart qu’ils ont trouvé.

« On trouve des preuves biochimiques de tabagisme passif chez la majorité des enfants américains qui vivent dans des maisons où personne ne fume à l’intérieur. Et les niveaux de cotinine sont significativement plus élevés chez les enfants qui vivent dans des appartements, par rapport à ceux qui vivent dans des maisons individuelles » rapporte Wilson et son équipe. « La découverte que les enfants sont à risque d’exposition à la fumée du tabac dans les appartements peut accélérer la tendance actuelle consistant à limiter le tabagisme dans les logements collectifs.« 

La mise en œuvre de telles politiques pourrait avoir un impact sur la santé des enfants. Toutefois, fournir des ressources de renoncement au tabac pour les résidents à logements multiples serait également important pour réduire le tabagisme passif.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire