Chromosome Philadelphie (Ph1)

Par Dr. A. Bakzinski , le jeudi 15 août 2013. Mise à jour mardi 17 novembre 2015
Classé dans:

Le chromosome « Philadelphie » (référence au lieu de sa découverte par Nowell et Hungerford en 1960) est un chromosome22 porteur d’une délétion partielle du bras long (22q).

C’est le résultat d’une translocation entre le bras long (q) du chromosome 22, au niveau de la bande 11 avec le bras long (q 34) du chromosome 9 au niveau de la bande 34. L’anomalie est donc notée t (9 ; 22) (q 34 ; q 11).

Sue le chromosome 22 raccourci (Ph1), la translocation induit la fusion du gène bcr (break cluster region) du chromosome 22 avec un proto-oncogène, le gène abl (c-abl) du chromosome 9. Ce gène de fusion bcr-abl code pour une protéine à activité tyrosine-kinase. Elle entraîne l’expansion du compartiment myéloïde et une leucémie myéloïde.

L’anomalie qui est acquise et clonale apparaît dans une cellule progénitrice pluripotente de sorte que l’on retrouve le Ph1 dans toutes les cellules myéloïdes des lignées granulocytaire, érythrocytaire, mégacaryocytaire, monocytaire et dans les lymphocytes B.

Recherche

La mise en évidence du chromosome Ph1 se fait d’ordinaire dans les cellules de moelle osseuse (2 à 3 mL de moelle prélevée par ponction sternale et recueillie sur anticoagulant). Elle peut être pratiquée sur le sang en cas de myélémie importante.

Elle utilise l’étude cytogénétique des cellules (caryotype voir page 80) ou l’hybridation in situ en fluoresence (FISH).

Clinique

L’existence d’un chromosome Ph1 est l’un des critères de diagnostic de la leucémie myéloïde chronique (LMC), présent chez 90 à 95 % des malades. Son absence est de mauvais pronostic.

La LMC souvent asymptomatique est découverte à l’occasion d’une NFS systématique montrant une polynucléose et une myélémie faite de métamyélocytes et de myélocytes. Une splénomégalie est habituelle. Dans la moelle, l’hyperplasie myéloïdeest harmonieuse sans blastose ni hiatus. Le réarrangement bcr-abl est mis en évidence dans le sang par RT-PCR (analyse qualitative). Après traitement, une analyse quantitative (RQ-PCR) évalue la maladie résiduelle (taux de transcrit bcr/abl). La phase terminale d’acutisation se fait sousforme myéloïde ou dans 20 % des cas sous la forme d’une leucémie aiguë lymphoblastique Ph1 (+).

Ph1 n’est pas spécifique de la leucémie myéloïde chronique. Il est présent dans certaines leucémies lymphoblastiques aiguës (LLA) primitives.

Sources & bibliographie

  • René Caquet. 2010. 250 examens de labotaroire Prescription et interprétation. Edition Masson, Belgique, 384 p.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire