Prélèvement génital chez la femme

Par Dr. A. Bakzinski , le mercredi 02 octobre 2013. Mise à jour lundi 16 novembre 2015

L’étude bactériologique est indispensable à la reconnaissance et au traitement d’une infection génitale féminine.

Technique

L’examen est pratiqué après arrêt d’une éventuelle antibiothérapie locale ou générale et en l’absence de toilette locale le jour de l’examen. Après mise en place d’un spéculum, les prélèvements se font au centre des lésions, dans le cul-de-sac postérieur, sur l’exocol, avec chaque fois un écouvillon différent.

Lorsqu’un écoulement purulent est repéré (orifice d’une glande de Bartholin, méat urétral, etc.), il est prélevé à la pipette.

Dans l’endocol, prélèvement à la spatule d’Eyre.

L’examen comprend un examen sur lames après coloration de Gram et de MayGrünewald-Giemsa et une ou plusieurs cultures.

Clinique

La flore bactérienne normale est constituée d’anaérobies Gram+.

Vaginites

Les vaginites sont dues à Trichomonas vaginalis, Candida albicanset Gardnerella vaginalis:

  • en principe, la vaginite à Trichomonasse traduit par des leucorrhées abondantes, verdâtres,  spumeuses, malodorantes ; elle est prurigineuse. L’examen sur lame, au microscope optique, de la sécrétion vaginale montre les Trichomonas sous la forme de protozoaires piriformes, flagellés, très mobiles. On peut les fixer et les colorer par May-Grünwald-Giemsa ;
  • la vaginite à Candidadonne des leucorrhées blanches épaisses, grumeleuses, rappelant le « lait caillé ». Les Candida sont également reconnus au microscope après adjonction d’une goutte de solution de bleu de Crésyl ou de toluidine. Une culture est cependant indispensable sur milieu de Sabouraud ou gélose au sang. Les colonies poussent en quelques jours ;
  • la vaginite à Gardnerellase traduit par des pertes blanches squameuses (comme dans la vaginite à Trichomonas) malodorantes. L’odeur de poisson qu’elles dégagent est reconnue par le mélange d’une goutte de prélèvement vaginal avec une goutte de potasse à 10 %, ce qui traduit l’association à des anaérobies. Sur le frottis coloré au Gram se voient des cellules épithéliales à contours flous recouvertes de bactéries (clue cells) et de petits bacilles Gram (–) d’aspect granuleux: Gardnerella vaginalise;
  • la disparition de la flore vaginale normale (qui comprend avant tout la flore de Döderlein, c’est-à-dire de gros bacilles Gram (+), les lactobacilles), remplacée par une flore multimicrobienne caractérise la vaginose. Elle se traduit par des pertes avec forte odeur de poisson. Elle n’est pas prurigineuse.

Cervicites

Les cervicites sont dues à Neisseria gonorrhoeae, aux Chlamydiae, aux mycoplasmes.

Leurs symptômes sont ceux d’une vaginite. Une fois sur deux, elles sont asymptomatiques. On les découvre parce que le partenaire masculin a une urétrite et qu’à l’examen, le col utérin est enflammé.

La gonococcie féminine est toujours endocervicale. C’est là qu’il faut la rechercher.

Ensemencer sur gélose chocolat enrichie, incuber les cultures sous CO2 .

Les mycoplasmes ne sont pas visibles en microscopie optique. Ils sont cultivés sur des milieux spéciaux, liquides et solides (préciser la demande au laboratoire). Leur croissance est lente : 2 à 8 jours.

Les Chlamydiaesont aujourd’hui identifiées après prélèvement endocervical à l’écouvillon, par recherche directe de l’ADN de la bactérie en amplification génique (PCR ou méthode proche).

Sources & bibliographie

  • René Caquet. 2010. 250 examens de labotaroire Prescription et interprétation. Edition Masson, Belgique, 384 p.

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire