Accouchement

Par
, Mise à jour le ,
image par default
image par default

Accouchement

L’accouchement, appelé également la délivrance, est le processus par lequel se produit en fin de grossesse l’expulsion du fœtus et des annexes (placenta, liquide amniotique et membranes) hors l’utérus de la mère.

Quelle est la durée de grossesse ?

La durée de la grossesse se mesure par semaines d’aménorrhée (absence des règles). On la calcule à partir de la date des dernières règles (DDR). Normalement elle est entre 41 et 39 semaines d’aménorrhée.

Quels sont les signes du travail ?

Personne ne peut prédire avec certitude le début du travail. Ce dernier se définie par l’association de contractions utérines douloureuses et de modification du col utérin.

  • Les contractions utérines : ce sont des contractions douloureuses régulières qui se rapprochent et dont la durée et l’intensité augmentent graduellement.
  • Modifications du col utérin : elles s’apprécient par le toucher vaginal. Le col se raccourcit, ce ramollit, s’ouvre et se centre.
  • La rupture des membranes : il y a fuite à partir vagin d’un liquide, ce qui signifie que les membranes du sac amniotique qui entoure et protège le bébé sont rompues. Cela peut se produire des heures avant le début du travail ou pendant le travail. La plupart des femmes vont accoucher dans les 24 heures qui suivent. Si le travail ne s’effectue pas naturellement au cours de cette période, les médecins peuvent l’induire pour prévenir les infections et les complications de l’accouchement.

Quelles sont les méthodes de l’accouchement ?

L’accouchement vaginal (ou accouchement par voie basse) est le type le plus fréquent et le plus sûr de l’accouchement. Dans certaines circonstances, les forceps (ce sont des instruments ressemblant à des grandes cuillères) peuvent être utilisés pour aider à guider le bébé à travers le détroit supérieur.

Bien que l’accouchement vaginal soit le type le plus fréquent et le plus sûr de la délivrance, parfois une césarienne est nécessaire pour la sécurité du bébé et de la mère.

Un accouchement par césarienne peut être nécessaire si l’une des complications suivantes :

  • Votre bébé est en position vicieuse c’est-à-dire qu’il n’est pas en position céphalique (tête en bas).
  • Votre bébé est trop gros pour traverser le bassin.
  • Votre bébé est en détresse.

Le plus souvent, la nécessité d’une césarienne ne se détermine qu’après le début du travail.

Quels sont les étapes du travail ?

Le travail se déroule habituellement en trois étapes:

1. La première étape : elle est divisée en trois phases: la phase latente, active, et la transition.

  • La première phase, la phase de latence, est la plus longue et la moins intense. Durant cette phase, les contractions deviennent plus fréquentes, pour aider le col à se dilater afin que le bébé puisse en passer. Durant cette phase, le col se dilate d’environ 3 ou 4 centimètres et s’efface et devient mince. Si les contractions sont régulières, la femme sera probablement admise à l’hôpital et elle aura à subir des examens pelviens afin de déterminer de combien le col est-il dilaté.
  • Pendant la phase active, le col se dilate de 4 à 7 centimètres. La femme peut sentir des douleurs intenses ou une pression dans son dos ou son abdomen lors de chaque contraction. La femme peut également ressentir le besoin de pousser, mais le médecin lui demandera d’attendre jusqu’à que le col soit complètement ouvert.
  • Pendant la transition, le col se dilate bien à 10 centimètres. Les contractions sont très fortes, douloureuses et fréquentes, venant tous les trois à quatre minutes et elles durent de 60 à 90 secondes.

2. La deuxième étape : elle commence quand le col est complètement ouvert. À ce stade, le médecin donnera le feu vert à la femme pour pousser. En poussant, avec la force des contractions, le bébé va être propulsé à travers le détroit supérieur.

Dès que la tête du bébé sort, la sage femme aspire le liquide amniotique, le sang et le mucus de son nez et de sa bouche. La femme continuera à pousser pour aider à fournir les épaules du bébé et le corps.

Une fois que le bébé soit délivré, la sage femme pince et coupe le cordon ombilical.

3. La troisième étape : Après l’expulsion du bébé, la femme entre dans la dernière phase du travail. Dans cette étape, il y a expulsion du placenta, l’organe qui a nourri le bébé dans l’utérus.

Le travail diffère d’une femme à une autre. La durée passée dans chaque étape de délivrance peut varier également. Si cela est votre première grossesse, l’accouchement dure environ 12 à 14 heures. Le processus est généralement plus court pour les grossesses ultérieures.

Quelles sont les différentes présentations du fœtus ?

  • La présentation céphalique ou du sommet.
  • La présentation du front.
  • La présentation du visage.
  • La présentation du siège : dans la présentation de siège ; il existe le siège complet et le siège dé-complété.
  • La présentation transverse.
  • La présentation oblique.

Quelles sont les complications qui peuvent survenir pendant l’accouchement ?

Le défaut du progression

la dystocie signifie littéralement, le travail difficile. Il est traditionnellement qualifié comme un problème de puissance (contractilité de l’utérus), de passage (les caractéristiques pelviennes maternelles) ou du passager (la présentation ou la taille du fœtus).

La rupture prématurée des membranes

La rupture prématurée des membranes (RPM) signifie une rupture à terme des membranes avant le début du travail.

Hémorragie intra-partum

Pendant le travail et l’accouchement, une petite quantité de sang se mélange avec le liquide amniotique, créant une apparence serosanguine.

Les causes de l’hémorragie pendant l’accouchement sont les suivantes:

1. Décollement placentaire : c’est la séparation prématurée du placenta de l’utérus.
2. Placenta prævia : c’est quand le placenta recouvre l’orifice cervical. Le placenta prævia est généralement diagnostiqué par l’échographie avant le début du travail.
3. Placenta accreta : c’est l’extension du placenta dans la paroi utérine.
4. La rupture utérine peut également causer des hémorragies intra-partums.

Hémorragie post-partum

La perte de plus de 500 ml de sang pendant l’accouchement vaginal est anormale, les causes des hémorragies en post-partum sont :

 

  1. L’atonie utérine, ou l’échec de la délivrance du placenta après l’accouchement par défaut de contraction utérine, est la cause la plus fréquente. Les vaisseaux sanguins utérins qui sont déchirés lors de la séparation du placenta peuvent saigner de façon excessive.
  2. De profondes lacérations vaginales ou cervicales sont aussi une cause de l’hémorragie post-partum.
  3. Rarement, les coagulopathies peuvent provoquer une hémorragie post-partum.

Pour traiter les hémorragies du post-partum, il faut effectuer un massage utérin bimanuel et démarrer une perfusion d’ocytocine, si l’atonie utérine est suspectée; les prostaglandines peuvent aussi être indiquées.

Comment traiter la douleur de l’accouchement ?

Comme la durée du travail varie, l’intensité de la douleur varie également.

La position et la taille de votre bébé ainsi qu’à la force de vos contractions peuvent influencer aussi la douleur. Bien que certaines femmes peuvent gérer leur douleur avec la respiration et les techniques de relaxation apprises dans des classes spéciales, d’autres auront besoin d’autres méthodes pour contrôler leur douleur.

Parmi les méthodes les plus utilisées pour soulager la douleur de l’accouchement, on peut citer :

Les médicaments

Plusieurs médicaments sont utilisés pour aider à soulager la douleur de l’accouchement. Bien que ces médicaments sont généralement sans danger pour la mère et le bébé, mais ils entrainent des effets secondaires comme tout médicament.

Les analgésiques se divisent en deux catégories: les analgésiques et les anesthésiques.

  • Les analgésiques soulagent la douleur sans toucher la sensibilité ni la motricité musculaire. Pendant le travail, ils peuvent être administrés par voie systémique, par injection intramusculaire ou intraveineuse ou par voie régionale par injection dans le bas du dos pour engourdir le bas du corps. Une seule injection dans le liquide céphalo-rachidien qui soulage la douleur rapidement est considérée comme un bloc de la colonne vertébrale. Une injection péridurale d’analgésique s’administre de façon continue dans la zone entourant la moelle épinière et les nerfs spinaux par un cathéter inséré dans l’espace péridural. Les risques éventuels des deux comprennent une diminution de la pression artérielle, qui peut ralentir les battements cardiaques du bébé, et des céphalées.
  • Les anesthésiques bloquent toutes les sensibilités, y compris la douleur. Ils bloquent également la motricité musculaire. Les anesthésiques généraux font perdre conscience. Ces anesthésiques s’utilisent en cas de césarienne, ils peuvent être donnés par voie générale, spinale ou péridurale.

Les méthodes non médicamenteuses

Il existe plusieurs méthodes non médicamenteuses utilisées pour soulager la douleur comme : l’acupuncture, l’hypnose, les techniques de relaxation, et le changement fréquent de position pendant le travail.

À quoi s’attendre après l’accouchement ?

Comme le corps de la femme enceinte a subi de nombreux changements avant l’accouchement, il faudra qu’il passe par des transitions à fin de se remettre à sa situation d’auparavant :

  • Douleur au site d’épisiotomie : Une épisiotomie est une coupe faite par votre médecin dans le périnée (la zone entre le vagin et l’anus) pour aider à délivrer le bébé ou à prévenir les déchirures. Si cela était fait, ou si la zone a été déchiré pendent l’accouchement, une suture est nécessaire qui peut rendre difficile la marche. Le site peut également être douloureux en cas de toux ou d’éternuement durant le temps de guérison.
  • Seins douloureux : les seins de la femme peuvent être gonflés, durs et douloureux pendant plusieurs jours avant la mise en jeu du lait. les mamelons peuvent être également douloureux.
  • Hémorroïdes : c’est une dilatation des veines de la région anale. Les hémorroïdes sont très fréquentes après la grossesse et l’accouchement.
  • La constipation.
  • Les bouffées de chaleur et de froid : elles sont dues à l’ajustement des taux d’hormones.
  • L’incontinence urinaire ou fécale : elle est due à l’étirement des muscles pendant l’accouchement, surtout après un long travail, qui entraine des fuites d’urine ou une difficulté du contrôle de la défécation lors du rire ou l’éternuement.
  • Des contractions utérines : Après l’accouchement, vous allez continuer à éprouver des contractions pendant quelques jours.
  • Les pertes vaginales (lochies) : Immédiatement après l’accouchement vous éprouverez une décharge sanglante plus lourde que d’une période régulière.

Émotionnellement vous pouvez rencontrer l’irritabilité, la tristesse, ou les pleurs, dans les jours ou les semaines qui suivent l’accouchement. Ces symptômes se produisent dans 80% des nouvelles mères et peuvent être liés à des changements physiques et hormonaux.

Si ces problèmes persistent, informez votre médecin ou autre professionnel de santé, vous pouvez éprouver une dépression du post-partum, qui est un problème plus grave et qui affecte entre 10% et 25% des nouvelles mères.

 

Accouchement
Cet article vous a-t-il plu ? Veillez S.V.P voter

Publié initialement le : vendredi 20 janvier 2012
A propos de l'auteur