Don d’ovocyte

Par , le mardi 13 septembre 2011. Mise à jour dimanche 22 novembre 2015, Classé dans: .


C’est le don de cellules de reproduction féminines d’une femme à une autre femme de manière anonyme et gratuite. Il peut être indiqué pour les couples dont la femme ne produit plus d’ovocytes soit par anomalies congénitales, ménopause précoce, ablation des ovaires,… soit qu’elle présente une anomalie héréditaire qu’elle risque de la transmettre à ses enfants.

Ces femmes doivent être âgées au maximum de 39 ans, elles ne doivent pas avoir un enfant vivant, et elles doivent avoir un utérus qui est susceptible de concevoir une grossesse.

Qu’est ce que c’est un ovocyte ?

L’ovocyte ou l’ovule c’est la cellule reproductrice femelle, destinée à être fécondée par la cellule reproductrice male appelée spermatozoïde.

L’ovocyte est contenu dans l’ovaire. Chaque femme a deux ovaires. Chaque ovaire contient des milliers d’ovocyte depuis la naissance. A la puberté, chaque mois il y a libération d’un ovocyte à partir d’un follicule mature de De Graffe (c’est l’ovulation qui se fait au milieu du cycle ovarien de la femme). L’ovocyte libéré va être acheminé dans la trompe de Fallope (c’est un tube qui relie les ovaires à l’utérus) pour y être fécondé par un spermatozoïde.

A qui s’adresse le don d’ovocyte ?

Il s’adresse à tout couple dont la femme est incapable de produire des ovocytes soit par anomalies congénitales, par ménopause précoce ou par ablation des ovaires ou qu’elle risque de transmettre une pathologie grave à son enfant. Dans ce cas le don d’ovocyte est indiqué chez toute femme ayant moins de 39 ans sans enfant.

Qui peut donner des ovocytes ?

Toute femme ayant moins de 38 ans, vivant en couple et ayant au moins un enfant vivant. Le don est gratuit.

Quel est le bilan effectué pour la donneuse et la receveuse ?

La donneuse

Avant de donner ses ovules, la donneuse doit réaliser certains examens complémentaires à fin d’éliminer certaines pathologies:

  • Une prise du sang : à la recherche d’une maladie infectieuse transmissible telle que les hépatites B et C, le SIDA, cytomégalovirus, la syphilis.
  • Frottis cervico-vaginal : de dépistage.
  • Echographie pelvienne.
  • Le médecin recherche également les antécédents personnels et familiaux de maladie génétique grave.

La receveuse

Même enquête médicale que celle de la donneuse sera réalisée à la receveuse afin d’éliminer toute pathologie transmissible.

Le conjoint

Un spermogramme, un spermocytogramme, une spermoculture sont souvent nécessaire pour estimer le pouvoir fécondant du conjoint de la receveuse.

Comment se fait le don ?

Avant de donner ses ovocytes, la donneuse a besoin d’un traitement de stimulation ovarienne. Un autre traitement qui met au repos les ovaires est également prescrit au début du traitement pour bloquer les secrétions hormonales de la donneuse pour qu’elles n’interférent pas avec le traitement de stimulation.

Comment se réalise le traitement de stimulation pour la donneuse ?

Un traitement hormonal est nécessaire pour la donneuse à fin d’aboutir à la maturation de plusieurs ovocytes. Il s’agit d’un traitement à base des injections sous-cutanées d’hormones synthétiques qui dure environ 1 mois. Ce traitement de stimulation nécessite une surveillance étroite sanguine et échographique (environ 5 bilans sanguins et 5 échographies ovariennes) à fin d’évaluer la bonne réponse au traitement. Cette surveillance permet également de fixer la date de l’arrêt des injections.

Le recueil des ovocytes

Après le succès du traitement d’ovulation, les ovocytes sont ensuite prélevés environ 36 heures après la dernière injection. Il est réalisé par ponction à l’aide d’une aiguille des follicules à travers la paroi vaginale sous contrôle échographique. Les ovocytes sont alors recueillis par aspiration du liquide folliculaire.

L’hospitalisation est obligatoire ainsi que la présence du conjoint.

Les ovocytes recueillis sont ensuite mis en fécondation avec les spermatozoïdes congelés du conjoint, comme dans la fécondation in vitro.

La préparation de la receveuse

La receveuse reçoit un traitement à base d’œstradiol à type de gel cutané et de progestérone à type de comprimés pour obtenir un endomètre prêt à la nidation de l’embryon.

L’embryon est ensuite transféré à la receveuse à l’aide d’un cathéter de transfert des embryons par voie vaginale. Le transfert est indolore et se fait en milieu hospitalier avec la présence obligatoire du conjoint.

Après le transfert, le traitement est poursuit. La patiente peut reprendre sa vie actuelle le plus normale possible sans aucune précaution particulière.

Un test de grossesse est réalisé 15 jours après le transfert des embryons.

Quel est le taux de réussite du don d’ovocyte ?

Le taux de réussite de grossesse est d’environ 25 % pour l’essai.

Est-ce qu’il existe des complications pour la donneuse ?

  • Il n’existe aucun risque qui touche la fertilité de la donneuse et même si elle le fait plusieurs fois, car une femme possède plus de 400000 ovocytes dont un sur mille qui devient ovule fécondable.
  • Après le prélèvement, la femme donneuse peut ressentir une légère pesanteur et des douleurs pelviennes, comme elle peut constater un léger saignement. Ces signes sont en rapport avec le traitement de stimulation et au prélèvement. Ils ne sont pas graves et ils ne durent pas longtemps.
  • Parfois ces signes persistent en raison d’une réponse excessive des ovaires à la stimulation c’est ce qu’on appelle le syndrome d’hyperstimulation. Ce dernier peut s’accompagner de prise rapide du poids,  de troubles digestifs et parfois d’une gêne respiratoire. Ces symptômes imposent la consultation en urgence.
  • Des complications du geste chirurgical peuvent survenir à type d’hémorragie, d’infection mais elles sont rares.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire