Immunofixation

Par
, Mise à jour le ,
image par default
image par default

L’immunofixation a remplacé l’immuno-électrophorèse pour identifier les immunoglobulines monoclonales. Elle est plus rapide, plus sensible, plus facile à interpréter, en partie automatisable.

Technique

Une immunofixation se réalise sur un gel où sont prédéfinies des pistes de migration sur lesquelles sont déposés les échantillons. Après électrophorèse, les différentes pistes sont incubées en présence d’anticorps monospécifiques. Le point de rencontre de l’immunoglobuline et de son anticorps setraduit pare une bande étroite facile à identifier après coloration.

Une vingtaine de protéines peuvent être isolées. Les principales sont l’albumine, l’α-1-antitrypsine, l’haptoglobine, la transferrine, les immunoglobulines IgA, IgM et IgG.

Clinique

En pratique, l’immunofixation est utilisée pour identifier une immunoglobuline (Ig) monoclonale (synthétisée par un seul clone plasmocytaire), déterminer sa classe (chaîne lourde) et son type (chaîne légère). Une immunoglobuline monoclonale peut être recherchée en présence de signes cliniques évocateurs de myélome ou de maladie de Waldenström, après la découverte fortuite d’un pic étroit à l’électrophorèse standard ou systématiquement recherchée dans le cadre d’une prolifération lymphoïde ou plasmocytaire. La nature monoclonale est affirmée sur l’aspect de précipitation en bande étroite, la diminutiondes autres Ig et la présence d’une seule chaîne légère, kappa ou lambda.

Ig monoclonales malignes

Dans le myélome, l’immunoglobuline monoclonale est le plus souvent une IgG (>þ65þ% des cas), parfois une IgA (20 %) ou une chaîne légère (15 %). Dans la maladie de Waldenström, l’Ig est une IgM. L’exceptionnelle maladie des chaînes lourdes se caractérise par la productiond’une Ig monoclonale incomplète formée de chaînes lourdes délétées sans chaînes légères.

Une immunoglobuline monoclonale peut être produite par une leucémie lymphoïde chronique, un lymphome non hodgkinien.

Ig monoclonales « bénignes »

La majorité des Ig monoclonales sont des immunoglobulines monoclonales « bénignes » ou de « signification indéterminée ». Dans ce cas, l’immunoglobuline est < 30 g/L (le plus souvent < 15 g/L), la plasmocytose médullaire est < 10 %, il n’y a pas de chaîne légère dans les urines. Il n’y a pas d’anémie, d’hypercalcémie, de lésions osseuses, ni d’atteinte rénale.

 

Immunofixation
Cet article vous a-t-il plu ? Veillez S.V.P voter

Publié initialement le : lundi 02 septembre 2013
A propos de l'auteur
Dr. Abdelouaheb Farhi

Le Dr. Abdelouaheb Farhi est le rédacteur en chef du site comment guérir depuis 2008, il est médecin spécialiste en anesthésie réanimation.

    • GENDRAU 10 novembre 2017 à 18 h 27 min

      Bonjour,
      Pouvez-vous m’interpréter “présence d’une protéine monoclonale IgA lambda polymérisée co-migrant en béta 2 et gamma globulines””

      Pic monoclonal 1 23.6% 17,7%en g/l

      Merci

      Répondre