La vraie histoire du patient berlinois « guéri » du sida

Par Yacine Gounane , le samedi 18 décembre 2010. Mise à jour dimanche 06 décembre 2015
Classé dans:

Un patient a berlin déclaré guéri du sida !Un patient a été guéri du VIH à Berlin ! La première et seule personne à avoir été guérie du VIH / sida est un patient atteint de leucémie traité à Berlin avec des cellules souches VIH résistantes au VIH.

Bien que le patient ait été traité en 2007, ce n’est que maintenant que les chercheurs peuvent utiliser officiellement le terme de «guérison». C’est parce que de nombreux examens – y compris des analyses de tissus cérébral, intestinal et d’autres organes – n’ont détecté aucun signe de persistance du VIH.

Peu de gens vivant avec le VIH voudraient passer par le traitement du cancer épuisant et dangereux qui faisait partie de ce traitement. Et jusqu’à présent, le traitement n’a pas eu les mêmes résultats chez d’autres patients atteints de leucémie et séropositifs qui ont subi un traitement similaire.

Pourtant, le constat a déjà transformé la recherche contre le sida. Qu’est-ce qui s’est réellement passé? Qu’est-ce que cela signifie pour les gens qui ont le VIH / SIDA? Voici quelques réponses.

Pourquoi est-il si difficile de guérir le VIH?

Le VIH infecte un type de globules blancs appelés lymphocytes CD4, un acteur clé dans la réponse immunitaire. Ce qui rend le VIH si sournois, c’est qu’il infecte les cellules qui sont censées s’attaquer aux infections virales.

Le VIH se réplique dans les cellules CD4 quand elles sont activées, ce qui est déclenché par une infection. Mais certaines cellules infectées par le VIH deviennent inactives avant que le virus ne se réplique. Elles entrent dans un mode de repos et le VIH se met en sommeil jusqu’à ce que la cellule soit activée.

Les médicaments anti-VIH n’affecte pas les virus présents dans les cellules au repos. Ces cellules représentent un réservoir caché du VIH. A la fin du traitement, les cellules au repos deviennent actives. Le VIH à se réplique à l’intérieur de ces cellules et se propage rapidement. C’est pourquoi les traitements actuels ne guérissent pas du VIH.

Comment le patient de Berlin a été guéri du VIH?

Le patient de Berlin avait 40 ans quand il a développé une leucémie. Il avait été infecté par le VIH depuis plus de 10 ans, mais il gardait son infection sous contrôle avec un traitement médicamenteux standard contre le VIH.

Le traitement standard de la leucémie est de tuer la plupart des cellules du sang d’un patient avec une chimiothérapie – un processus appelé conditionnement – et de sauver le patient avec des transfusions de cellules souches du sang d’un donneur compatible ou une greffe de moelle osseuse. Les nouvelles cellules souches vont ensuite repeupler le système immunitaire et tuer les cellules leucémiques qui ont survécu au traitement de conditionnement.

Le médecin du patient, le Dr Gero Hütter, a eu une idée; Puisque le VIH se cache dans les globules blancs, pourquoi ne pas essayer de guérir le malade de la leucémie et du VIH au même temps? Au lieu d’un donneur normal, Huetter a cherché un donneur qui a une mutation génétique relativement rare appelée CCR5delta32.

Les gens avec cette mutation CCR5 ont une mutation fonctionnelle du trou de la serrure que le VIH utilise le plus souvent pour entrer dans les cellules. Les personnes qui héritent de deux copies de ce gène sont très résistantes à l’infection à VIH. Donc, Hütter a trouvé un donneur de cellules souches qui portait cette mutation et a utilisé ces cellules pour repeupler le système immunitaire de son patient.

Pendant sa convalescence du traitement de conditionnement sévère, le patient n’était pas en mesure de continuer à prendre ses médicaments contre le VIH. Sa charge virale de VIH a donc grimpé. Mais après avoir reçu les cellules souches résistantes au VIH, le VIH a diminué et atteint des niveaux indétectables et est resté indétectable même avec des tests extrêmement sensibles.

Un an plus tard, la leucémie a récidivé. Le patient a donc subi un deuxième tour de la chimiothérapie et une seconde transfusion des cellules souches résistantes au VIH. Ce n’était pas un traitement facile. Le patient a souffert des symptômes intestinaux et neurologiques, au cours desquels des biopsies ont été faites sur divers organes.

Tous les tissus examinés étaient négatifs pour le VIH. «C’était curieux,» déclare John Zaia, président et professeur de virologie à la City of Hope, Duarte en Californie. Zaia a travaillé pendant plus d’une décennie sur les traitements de cellules souches en développement pour le VIH et le SIDA et a personnellement examiné le patient de Berlin avec le Dr Hütter.

« Il n’y a aucun malade qui a arrêté ses médicaments anti-VIH sans que le VIH ne se manifeste« , ajoute Zaia. « Mais ce patient est toujours sans traitement depuis trois ans et demi. Le Dr Hütter utilise le mot « guérir », dans son nouveau livre, pour la première fois. C’est remarquable. »

Le VIH reste totalement indétectable chez le patient de Berlin. En outre, son taux d’anticorps anti-VIH continue de baisser, ce qui n’arriverait pas s’il y avait encore du VIH présent dans son organisme pour stimuler la production d’anticorps. C’est ce qui a conduit Hütter et ses collègues a le considérer comme guéri.

Ce traitement peut il guérir d’autres personnes?

Pas encore. La mutation qui confère une résistance au VIH est relativement rare; Elle est présente chez moins de 2% des Américains et des Européens de l’Ouest, chez quelques 4% des Scandinaves, et n’est pas présent chez les Africains. Un patient atteint de leucémie ne peut pas attendre très longtemps pour être traité, et ce n’est pas facile de trouver un donneur compatible qui porte la double mutation.

« Les Allemands ont essayé et nous avons essayé aux Etats-Unis, mais nous n’avons pas trouvé une autre situation où nous pouvions appliquer un traitement similaire », déclare Zaia.

Pourquoi le traitement a guérit ce patient?

Personne ne le sait vraiment. Trois choses se sont produites au cours du traitement du patient de Berlin :

  1. Tout d’abord, la chimiothérapie a tué la plupart des cellules infectées par le VIH. En soi, cela ne suffirait pas à guérir du VIH.
  2. Deuxièmement, les cellules du donneur ont repeuplé le système immunitaire du patient. Les nouvelles cellules ont attaqué et tué les globules blancs restants du patient. Un processus que Zaia appelle une « réaction du greffon contre la leucémie ». Ce processus est susceptible de tuer beaucoup d’autres cellules porteuses du VIH.
  3. Troisièmement, les cellules du donneur étaient résistants à l’infection par le VIH. Quand le virus émergea des cellules au repos, qui sont celles du patient et donc sensibles au virus, il a aidé à les tuer. Lorsque les cellules du donneur se sont multipliés pour prendre la place de celles du patient, le VIH n’avait nul part ou aller et disparut.

Mais rien de tout ça n’explique pleinement ce qui s’est passé. Ce qui représente un casse-tête est le fait que les cellules souches utilisées pour repeupler le système immunitaire du patient ont été résistantes au VIH, mais pas imperméables à celui ci.

Les cellules n’avaient plus la porte la plus courante, CCR5, dont le VIH a besoin pour infecter les cellules. Mais les personnes infectées par le VIH à long terme sont habituellement porteurs de virus capables d’utiliser une autre porte appelé CXCR4. Et des tests ont montré que le sang du patient de Berlin contenait ce type de virus. En outre, des tests ont également montré que les cellules du donneur ont été sensibles à l’infection par la voie de CXCR4.

Malgré cela, le patient Berlin reste mystérieusement sans trace de VIH.

La guérison du patient de Berlin signifie elle que d’autres personnes peuvent être guéri du VIH?

Oui, mais pas tout de suite. Il n’y a pas encore de remède disponible pour le VIH. Mais la découverte que le SIDA peut réellement être guéri a revitalisé la recherche.

Plusieurs approches sont prometteuses. Il est clair qu’il n’est pas pratique – ni souhaitable – de soumettre les gens relativement en bonne santé avec le VIH à la chimiothérapie massive. Mais si une chimiothérapie légère peut être utilisé pour créer juste assez de place pour que les cellules souches résistantes au VIH puissent s’implanter?

L’équipe de Zaia est entrain d’explorer l’utilisation des propres cellules du patient pour les modifier génétiquement pour qu’elle puissent lutter contre le VIH. Les premières études sont menées sur des patients atteints de lymphome et de VIH, qui ont déjà besoin d’une chimiothérapie. Quatre patients ont déjà été traités avec de faibles doses de cellules génétiquement modifiées – et la bonne nouvelle est que les cellules modifiées peuvent survivre et se développer pendant au moins deux ans.

D’autres chercheurs utilisent des techniques différentes pour modifier des cellules souches pour lutter contre le VIH. Avant le patient de Berlin, la plupart des experts pensaient que l’ensemble de ces traitements avait peu de chances de réussir. Maintenant tous les regards sont dirigés vers eux.

« Dans l’avenir il y aura des méthodes moins agressives pour faire de la place à ces cellules souches résistantes au VIH, afin qu’elles grandissent et repeuplent le système immunitaire, » affirme Zaia. « C’est le but. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais ça finira par être possible. »

Attention ! Ne pas utiliser les commentaires pour les questions de santé au risque de ne pas recevoir de réponse ! Pour vos questions de santé, notre forum et un de nos médecins se fera le plaisir de vos répondre ! Merci.

Laissez un commentaire