Examen parasitologique des selles

Par
, Mise à jour le ,
Entamoeba histolytica
Entamoeba histolytica, Copyright Hamid Enami. Flickr.

L’examen parasitologique des selles (on copro-parasitologie) est un examen qui recherche la présence d’un ou de plusieurs parasites dans nos intestins en analysant les selles. Si la cause principale d’une diarrhée reste les virus et les bactéries (salmonelles, E-Coli, Shigella, etc.) les parasites sont également une cause non négligeable qu’il faut garder à l’esprit en seconde intention (souvent après réalisation d’une coproculture revenant négative). Dans cet article nous allons faire le point sur cet examen.

Examen parasitologique des selles : C’est quoi en fait?

Il s’agit d’une analyse médicale réalisée dans un laboratoire de parasitologie médicale et cherche à faire le diagnostic d’une maladie parasitaire intestinale; En examinant les selles du malade recueillies au préalable dans un pot stérile.

Ces maladies parasitaires sont étroitement liées à l’hygiène alimentaire qui reste insuffisante dans les pays en développement. En Europe ce genre de parasitoses intestinales sont moins fréquentes et touche principalement les sujets immunodéprimés.

Pourquoi le médecin demande cette analyse?

Le médecin peut être amené à demander une copro-parasitologie des selles quand il suspecte une diarrhée d’origine parasitaire, l’examen parasitologique des selles permet de confirmer ou non ce diagnostic.

En zone tropicales, la quasi-totalité des enfants présentent des parasites dans les selles, mais ces parasites ne sont responsables de diarrhées aiguës que dans 5% des cas; Pourtant ces enfants ne sont pas malades parce qu’ils vivent en harmonie avec ces parasites et la maladie ne se déclare qu’en cas de baisse de l’immunité.

Parfois cette analyse est demandée en seconde intention, après avoir réalisé une coproculture qui revient négative et après avoir écarté une diarrhée d’origine virale, on suspecte alors une diarrhée d’origine parasitaire.

Enfin parfois on prescrit de manière plus intensive ces examens chez les sujets immunodéprimés et les sujets à risque.

Réalisation du prélèvement

Le recueil se fait sur les selles du patient : on recueille les selles dans un pot stérile fournie par le laboratoire, on doit pouvoir acheminer le pot rapidement au laboratoire ou si nécessaire le conservé au frais (de préférence pas dans un frigidaire). On peut réaliser un ou trois prélèvements espacés de plusieurs jours.

Avant l’examen, arrêter charbon, huile de paraffine, antibiotiques par voie orale. Un régime sans résidu est souhaitable.

Résultat normal

Un examen parasitologique des selles peut revenir négatif, c’est-à-dire aucun parasite ou oeuf de parasite n’est retrouvé. Vôtre médecin peut vous conseiller de répéter l’examen ou s’orienter vers d’autres analyses médicales.

Résultats anormaux

L’examen parasitologique des selles peut découvrir un ou plusieurs parasites qui se présentent sous divers formes (spores, oeufs, kystes, vers, etc.)

L’examen comporte un examen microscopique direct à l’état frais et après coloration par le lugol ou le méthionate iode formol, puis un enrichissement par diverses techniques afin de concentrer œufs et parasites. Le biologiste choisit éventuellement des méthodes complémentaires en fonction des demandes du clinicien.

De très nombreux parasites peuvent être mis en évidence :

Protozoaires

Parmi les amibes, la seule pathogène est Entamoeba histolytica. Les Entamoeba nana, coli, hartmani ne sont pas pathogènes.

Helminthes

Parmi les flagellés, seule Giardia intestinalis (lambliase) est pathogène.

Nématodes

  • Les ascaris (Ascaris lumbricoides).
  • Les œufs d’ascaris.
  • Les ankylostomes (Ankylostoma duodenaleou Necator americanus) sont responsables d’anémies ferriprives.
  • Les larves d’anguillules (Strongyloides stercoralis) dont les œufs, ovalaires, à bouts arrondis, ne sont présents qu’en cas de diarrhée profuse.
  • Les œufs de trichocéphale sont fréquents dans les selles et cette découverte n’implique aucun traitement.

Platheliminthes

  • Les anneaux de ténia (Taenia soliumblancs rectangulaires aplatis).
  • Les œufs de bilharzie (Schistosoma mansoniet intercalatum).

Prurit anale chez l’enfant

Un prurit anale persistant chez l’enfant peut-être d’origine parasitiare.

En cas de prurit anal, il est préférable de recourir à un Scotch-testsur la marge de l’anus pour rechercher des œufs d’oxyures (Enterobius vermicularis).

Examen parasitologique des selles
Cet article vous a-t-il plu ? Veillez S.V.P voter

Publié initialement le : jeudi 22 août 2013
A propos de l'auteur
Dr. Abdelouaheb Farhi

Le Dr. Abdelouaheb Farhi est le rédacteur en chef du site comment guérir depuis 2008, il est médecin spécialiste en anesthésie réanimation.